Accueil
Accueil
Accueil

4 idées à garder en tête pour signer un CDD longue durée avec les parents

Le parent... Sacré spécimen du quotidien de la vie d'un·e prof. Et si on faisait en sorte de se dire que ça peut bien se passer et qu'ils peuvent même être de vrais atouts pour le bien être des enfants à l'école ? Simon propose quatre idées à avoir en tête quand on rencontre les parents de nos élèves.

 

 

Pour construire la relation avec les parents, on a besoin de temps et de patience. Certes, certains ne nous facilitent pas la tâche. D’accord, on manque parfois d’énergie pour les recevoir le soir après la journée de cours… Mais, on ne peut pas se passer d’eux pour affiner notre connaissance de nos élèves et de leurs difficultés et pour mieux les aider. En gardant à l’esprit quelques clés pour envisager cette relation sous son meilleur jour, on peut se voir gratifié· e de la meilleure des récompenses : voir un élève évoluer, progresser…en bref, aller mieux !

 

 

Idée N° 1: Partenaires particulier· ères

C’est ce que sont les parents !  Si on pense l’école comme une communauté éducative, les profs et les parents sont des éléments indissociables d’un même ensemble. Donc, en gros, on n’a pas d’autre choix que d’avancer ensemble. Et c’est tant mieux : on va même pouvoir s’entraider ! Parce que finalement, même les parents les plus compliqués à manœuvrer nous apportent un éclairage inestimable sur leurs enfants. En leur proposant des rendez-vous réguliers, vous augmentez les possibilités de construire un grille de lecture riche et complète pour aider leurs enfants… Ah mais ça tombe bien, on est un peu là pour ça !

 

 

 

 

Idée N°2 : diviser pour mieux aider

Pour les parents, il est parfois difficile d’accepter que leur enfant a besoin d’une aide spécifique... Certains ont des réactions imprévisibles, d’autres sont franchement sur la défensive, d’autres encore dans le déni… Et on les comprend ! Pour des parents, accepter que son enfant est problématique/en difficulté/ingérable/incapable d’avoir des relations normales avec les autres (rayez les mentions inutiles), qu’il.elle nécessite un suivi extérieur, que ce serait bien qu’il.elle voie le.la psychologue scolaire, qu’ils doivent le suivre et l’aider à la maison etc., ça peut prendre longtemps. Faire évoluer leur point de vue sur leur enfant et ses éventuelles difficultés relève donc parfois du travail d’orfèvre. C’est pourquoi recevoir les parents à plusieurs reprises au cours de l’année permet de ne pas mettre trop d’enjeu sur le premier rendez-vous. On peut plutôt profiter de la première rencontre pour établir un climat de confiance. Et ça permet au prof comme aux parents de penser à long terme et de da façon plus souple.

 

 

Idée N°3 : je suis un prof qui vous veut du bien

Parce que des parents qui n’ont pas confiance en nous (et inversement…), ça n’est bon pour personne, surtout pas pour l’enfant. Il y a certainement mieux pour un élève que d’entendre ses parents dénigrer leur enseignant.e, ses capacités relationnelles ou sa pédagogie. De même, il n’est pas très approprié (même si ça démange très fort), que cet.te même élève entende son enseignant.e râler contre ses parents parce qu’il.elle.s ne lui ont toujours pas acheté l’ardoise demandée dès la rentrée ou parce qu’il.elle.s n’ont pas signé le dernier mot dans le cahier de liaison… L’idée générale c’est donc de… communiquer ! Un petit bonjour le matin à l’entrée, un petit mot dans le cahier pour informer les parents d’un évènement de la vie de la classe, trois minutes de discussion informelle à la sortie…vous aideront à donner une image de sérénité aux parents et à leur montrer que vous n’êtes pas l’ennemi (et qu’il.elle.s ne sont pas le vôtre…).

 

 

 

 

Idée N°4 : les parents, des potentiels cachés à aller chercher

On oublie peut être parfois que derrière la maman de Sohan, il y a une bricoleuse. Ou que derrière la moustache du père de Léandre, il y a un bon cuisinier… Quand les parents sont en confiance, ils deviennent une source inestimable de connaissances, de ressources matérielles et d’énergie ! Des parents de toutes les origines qui viennent dans la classe pour faire un atelier « cuisine du monde » aux parents bricoleurs qui prêtent du matériel pour la fête d’école ou pour le projet cabane, en passant par les parents au foyer ravis de donner du temps pour les sorties scolaires… Toutes ces forces vives sont un atout pour une classe. Il faut seulement penser à leur laisser la place au début de l’année et à leur dire que vous avez besoin d’eux !

 

 

EN BREF

Finalement, les parents font partie de l'équipe ! Définissez la mission que vous souhaitez leur donner et ils pourront représenter une aide précieuse pour aider chaque enfant à se sentir au mieu à l'école ! Si si, c'est du vécu !

Simon

Maternelle Elémentaire Collège Lycée

a vous de vous exprimer !

COMMENTAIRES

{{ comment.commentaire }}

Envoyé par : {{ comment.auteur.name }}
  • Le {{ comment.date_creation }}
{{errorComment}}

D'autres ressources sur ce thème