Accueil
Accueil
Accueil

Comment cadrer les moments propices aux bavardages en classe ?

Les bavardages. Ils peuvent rapidement passer du statut de "petits dérangeants" à celui de "gros problèmes". Voici 6 conseils, entre anticipation et cadre pour réduire le bruit en classe, pour une classe vivante mais centrée sur les apprentissages ! L'idée générale est de voir venir les moments de flottement, propices à la déconcentration et au brouhaha général. 

 
CONSEIL n°1 : pensez, en amont, aux potentiels moments de bruit en classe
 
Bien plus efficace que de réagir sur le coup, une petite note sur comment on passe concrètement de la phase 1 à la phase 2 dans la préparation du cours, permet d’être clair·e et efficace sur ses consignes. Par exemple, si on a déjà réfléchi à ce que font les élèves qui ont fini en premier (relecture avec une grille, activité en autonomie, passage à l’activité suivante...), ça réduit considérablement les occasions de flottement et donc de bavardages !
 

CONSEIL n° 2 : vive les rituels !

 
Tout ce qui est ritualisé permet un démarrage rapide et sans bavardage. Quand les élèves savent ce qu’ils ont à faire sans demander, comment et avec quel matériel, cela permet de faciliter la continuité de la concentration et du calme. Dans les classes des professeurs chevronné·e·s, c’est d’ailleurs ce qu’on peut constater. Ce n’est pas vraiment qu’ils « tiennent » mieux leur classe, c’est surtout que les élèves sont en activité plus souvent car ces derniers savent ce qu’ils ont à faire ! Du coup, les séances sont plus fluides et le groupe plus canalisé.
 

CONSEIL n°3 : Prendre le temps de construire et enseigner les règles de fonctionnement

 
Un élève qui nous interpelle pour nous demander l’autorisation de faire quelque chose ou qui demande à son voisin "à ton avis on fait quoi quand on fini? ", ça crée un précédent. Parce que nous n’avons pas pris le temps de le définir ensemble (ex : sortir son livre car il a fini son travail). Rapidement, quelques autres vont demander (à haute voix ou en bavardant)  ce qu'ils doivent faire ! Il est donc préférable d'établir les règles en dehors des moments de travail. Par exemple, il vaut mieux avoir une règle déjà posée quand l'élève a terminé son travail : conserver le silence tout en proposant de ne pas s’ennuyer. De cette façon, la transition n’est plus un moment de flottement pendant lequel la classe peut devenir bruyante sans crier gare. Chacun sait ce qu'il a à faire.
 

CONSEIL n°4 : On explique d’abord, on distribue le matériel ensuite !

 
Si on veut que les élèves restent concentré·e·s et réduire au maximum les moments de barvardages potentiels, l’astuce consiste à attendre d’avoir donné et reformulé la consigne avant de distribuer la peinture, l'exercice ou le feu vert pour se connecter sur les ordinateurs. En gros, tout ce qui est beaucoup plus intéressant que de vous écouter ! Une fois dans l’action, ça devient compliqué et inefficace d'essayer de communiquer avec eux sur les attendus précis. C'est un peu comme quand le prof de sport montre un exercice et que tout le monde fait l'exercice en même temps, dès le premier coup, sans avoir regardé ni écouté. Regardez à votre prochain entrainement de basket ou d'aquabike... Tout le monde essaye, bavarde et donc...ça ne marche pas !
 
CONSEIL n°5 : Trajet  "cour-classe" organisé = concentration préservée
 
S'il y a bien un domaine pour lequel "perdre du temps" permet d'en gagner, et surtout, de gagner en silence, c'est le rang ! Quand on a pris le temps de clarifier auprès des élèves comment ça allait se passer, ce moment de déplacement devient un retour au calme de lui-même et non plus une porte d'entrée aux débordements. On peut déterminer des responsables pour occuper les places stratégiques dans le rang par exemple. Il est très utile d'avoir repéré dans l'établissement où faire les arrêts avant d'atteindre la classe, pour remobiliser le groupe (esacliers, couloirs...). On veille à voir tous les élèves d'un seul regard pour éviter les "angles morts" : attention aux virages ! Et selon les groupes, on peut également fixer dans les règles de vie de la classe sous quelles conditions on repart (ex : calme, silence...). Le but, c'est que tout devienne automatique rapidement et que le silence devienne une règle de base.
 

CONSEIL n°6 : prévoir les moments de bruits autorisés et donc cadrés

 
Nous devons nous rappeler que nos élèves ne peuvent pas être concentrés non-stop pendant 1h (im-pos-si-ble). Pour éviter que la classe en devienne donc bruyante sans contrôle, on peut choisir les moments et les manières de se relâcher (aller chercher un dictionnaire dans le fond de la classe par exemple), qui restent dans le cadre de la classe et qui n'empêchent pas le travail. Ca permet en plus de donner des responsabilités aux élèves et de leur permettre de disposer librement de tous les outils dont ils peuvent avoir besoin (les dictionnaires, les manuels, les calculatrices, l'ordinateur...).  On peut donc établir clairement à quels moments ou dans quelles situations, on peut parler dans la classe (et bouger). 
 
Au final, les moments de transition et déplacements, font autant partie des cours que les exercices. Pour qu'ils se passent au mieux et ne soient pas des opportunités pour les bavardages intempestifs, on peut :
- y penser dans la préparation de sa classe,
- mettre en place des règles spécifiques et explicites, à connaître et appliquer
 
Avec ces quelques trucs, les bavardages sont toujours prêts à pointer le bout de leur nez mais ils le remballent rapidement pour laisser place aux apprentissages et au travail  !
 

Transversaux Maternelle Elémentaire Collège Lycée Texte Climat de classe Conseils de profs EtreProf

a vous de vous exprimer !

COMMENTAIRES

{{ comment.commentaire }}

Envoyé par : {{ comment.auteur.name }}
  • Le {{ comment.date_creation }}
{{errorComment}}

D'autres ressources sur ce thème