Accueil
Accueil
Accueil

A la rentrée, je choisis d'avoir l'air sympa ou pas ?

Activer le mode « Porte de prison » dès les premières minutes ? Faire des blagues aux élèves le jour de la pré-rentrée ? Hurler « C’est moi le CHEF »? Accepter qu’ils vous tutoient ? Bref, je la joue dragon ou chaton ? Sorcière ou Bisounours ?

 Cette question a l’air anodine, presque dérisoire et pourtant... Vous faites bien de vous la poser ! Elle cache des interrogations plus profondes qui peuvent vous aider à orienter votre posture le jour de la rentrée et... pendant toute votre carrière ! 

 

Etre moi ou ne pas être moi (ok, facile mais tellement efficace)

Tout d’abord, il y a l’attachement éventuel des élèves envers vous, attachement qui fait toujours plaisir et qui peut même être moteur dans la manière dont les élèves vont investir les savoirs. Vous verrez que les positions en salle des professeurs sont divergentes sur cet aspect : certains l’investissent, d’autres s’en dédient. Ensuite, derrière cette interrogation sur le positionnement se cache celle de votre autorité, de la manière dont vous allez placer le curseur par rapport aux élèves et les réactions que cela va engendrer de leur part. 

Alors face à ces doutes, vous allez entendre des dizaines de conseils plus variés les uns que les autres : « Sois cool.... Au début, il vaut mieux avoir l’air méchant ! ... Souviens-toi de l’enfant, l’adolescent que tu étais. ... Tu dois leur faire comprendre tes règles... Tu n’as qu’à être sympa mais pas tout le temps...» En vérité, vous aurez beau vous abreuver de tous ces conseils, observer des collègues pour vous en inspirer (voire les imiter), vous ne pourrez faire en dehors de qui vous êtes !! Votre personnalité donnera forcément une couleur à votre mode de relation aux élèves et c’est tant mieux.

 

Amour, peur ou... respect ?

Pour autant, si vous êtes trop cool ou trop dur, il est possible de s’adapter et trouver un juste milieu. L'idée serait d'instaurer et de préserver un cadre dont les élèves ont besoin et qu'ils cherchent donc toujours à tester. Mais pour poser ce cadre et le faire respecter, il est fortement déconseillé d'utiliser la peur, qui est loin d'induire le respect... Sourire et être à l'écoute ne veut pas dire être niais et tout laisser passer. Quelque soit l'âge des élèves, ce qu'ils doivent ressentir, c'est vôtre capacité à leur donner un cadre serein et sécure pour travailler.

Quand on se demande s'il vaut mieux être sympa ou non les premiers jours, ce qui se cache donc derrière c'est "vaut-il mieux me faire aimer ou vaut-il mieux qu'ils aient peur?" Or la question serait plutôt de savoir : comment je montre aux élèves que je les respecte en tant que personnes et qu'ils peuvent compter sur moi pour que ce respect reste intact dans n'importe quelle situation. 

En gardant cela en tête, vous pouvez sourire, froncer les sourcils, élever la voix juste ce qu'il faut ou chuchoter, montrer votre joie ou votre mécontentement, les enfants ou adolescents que vous avez en face de vous sauront que c'est pour conserver la justice et la justesse du cadre dans lequel vous vous proposez de les accompagner. " C'est difficile, c'est intense, c'est une attention de tous les instants mais c'est une clé qui ouvre des portes vers un climat de classe apaisé. 

Peggy, prof de français au collège depuis 15 ans, sympa juste ce qu'il faut.

BESOIN D'AIDE POUR LA CONSTRUCTION DU CLIMAT DE CLASSE ? INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT A UN DE NOS KITS DE RENTREE !

 

 

Transversaux Théorique Gestion de classe Maternelle TPS PS MS GS Elémentaire CP CE1 CE2 CM1 CM2 ASH Collège 6e 5e 4e 3e Lycée 2nde 1ère Terminale Bac Pro Autres CAP POST BAC Professeur-e documentaliste SEGPA Direction Formateur-trice /Inspecteur-trice Texte Conseils de profs EtreProf

a vous de vous exprimer !

COMMENTAIRES

{{ comment.commentaire }}

Envoyé par : {{ comment.auteur.name }}
  • Le {{ comment.date_creation }}
{{errorComment}}

D'autres ressources sur ce thème