Accueil
Accueil
Accueil

Un élève me déteste - Paroles de profs

Une enseignante raconte comment des mots d'élèves peuvent blesser mais surtout comment ils peuvent nous amener à changer si on ne les prend pas pour nous, mais pour ce qu'ils signifient vraiment.

Elle me dit qu’elle déteste ma classe. Elle déteste venir. Elle déteste ce qu’on fait. Elle attend ma réaction : après tout, ces mots sonnent comme une déclaration de guerre. Je respire un bon coup, remballe ma honte et lui demande « Comment puis-je t’aider ? Que puis-je faire pour toi ? »

"Rien" me répond-elle puis tourne les talons. Cette conversation est terminée. 

Ses mots me suivent partout où je vais. Une élève déteste m'avoir comme enseignante. Une élève déteste la classe dont je suis l'enseignante. 

Ca nous arrive à toutes et tous et directement nous nous imaginons que nous sommes les seuls à qui on a déjà dit à quel point nous sommes horribles. A quel point nous rendons le temps passé à l'école nul et comment nous contribuons au mal être de cet enfant.  Par le passé, il y a longtemps de cela, je me serai mise en colère. En colère face à ces mots. Comment oses tu me dire ça ? Es-tu consciente des efforts que je fais pour rendre cette classe géniale ? Tu ne te rends pas compte  à quel point ça compte pour moi ? Tu ne vois pas tous les autres enfants sourire, s'amuser, s'investir dans notre classe ? Tu n'entends pas leurs déclarations d'amour ? 

Ce n'est certainement pas moi qui ait un problème, mais bien toi. 

Aujourd'hui, je sais que ces mots n'ont pas l'intention de blesser mais plutôt d'informer. Nous faire prendre conscience que ce que nous faisons en ce moment ne répond pas aux besoins de cet enfant. Que son point de vue sur notre classe doit changer, que d'une façon ou d'une autre, la connexion entre nous s'est effacée ou s'est rompue et que nous avons le pouvoir de faire quelque chose.

Car c'est ce que sont ces mots : une invitation à réparer. A approfondir notre conversation. A dire "que puis-je faire " au lieu de "qu'est ce que tu as fait"? A nous renvoyer à nos actions, à nous interroger sur notre responsbailité face au problème avant de trouver la solution. Ca commence avec nous et ça commence par admettre qu'après tout, tous les enfants n'auraient pas eu le courage de nous balancer ça en pleine face.

Alors Lundi, prenez un moment pour demander à vos élèves s'ils aiment leur classe et donc la vôtre, s'ils aiment leur école, s'ils pensent que vous les aimez. Demandez leur de vous faire confiance et de parler vrai, en assumant de signer leur réponse.

Prenez une profonde inspiration avant de lire les réponses. 

Ne vous mettez pas en colère. Restez calme, au contraire. Prenez un moment pour réfléchir et approchez vous des enfants et remerciez les pour leur honnêteté. Pour leur sincérité. Puis demandez leur comment on peut améliorer tout ça. Comment on peut changer ça ? 

Parce qu'on ne peut pas changer si on ne sait pas ce qu'on doit changer. 

Je suis l'enseignante qu'un élève déteste. Je suis l'enseignante d'une classe qu'un élève déteste. Mais je ne suis pas que ça. Je ne suis pas obligée de n'être que ça. Si seulement j'avais le courage de demander. Je pourrais changer ça, on le peut tous. 

Traduit de l'anglais, signé Pernille Ripp. Voir l'article original ici : https://pernillesripp.com/2018/04/14/i-hate-your-class/

 

 

 

Maternelle Elémentaire Collège Lycée Autres

a vous de vous exprimer !

COMMENTAIRES

{{ comment.commentaire }}

Envoyé par : {{ comment.auteur.name }}
  • Le {{ comment.date_creation }}
{{errorComment}}

D'autres ressources sur ce thème