Accueil
Accueil
Accueil

Mode d'emploi : les affichages pédagogiques

En matière d'affichage, le trop est l'ennemi du bien ! Alors comment faire en sorte que ces affichages nous facilitent la vie... pour de vrai ? Voici 5 clés pour démarrer. Attention, certaines vont à l'encontre des habitudes et de l'intuition !

Figurez-vous que contrairement à ce que vous auriez pu croire jusque-là, non, non, non,  les affichages ne servent pas à cacher la peinture qui se décolle des murs ! Et si vous croyiez que les affichages étaient obligatoires pour faire une jolie déco dans la classe, bah râté, ce n'est pas ça non plus !

Voici 5 clés pour penser vos affichages et les rendre utiles à vos élèves, et à vous, pour faciliter leur apprentissage et votre communication. Attention certaines vont à l'encontre de l'intuition ou des habitudes !

 

CLÉ n°1 : Les affichages sont un repère visuel à penser de façon.. visuelle donc ! Oui, mais comment ?

 

En maternelle, il ne nous viendrait pas à l'idée d'afficher un document plein d'écritures dans tous les sens et avec plein d'informations d'un coup. On sait que nos élèves ne savent pas lire et on fait un effort particulier de synthèse et de communication visuelle. Je pense que pour les autres classes, c'est une super habitude à piquer ! Déjà parce qu'il y a, dans chaque classe, 2 à 5 élèves touchés par des troubles des apprentissages et pour qui l'écrit ne sera d'aucune aide. Aussi parce que les images peuvent résumer mille mots. Et ça, ce sont les métaphores visuelles qui nous permettent en un seul signe de traduire des idées complexes. Une habitude à prendre et qui peut rapporter gros ! A propos de "gros", avez-vous pensé à aimanter votre affiche au tableau et à filer à l'autre bout de la classe pour vous assurer qu'elle peut être bien comprise de loin avant de la mettre en circulation ? 

 

CLÉ n°2 : Pour se repérer facilement... vive la signalétique !

 

Et pourquoi ne pas créer une signalétique reconnaissable au premier coup d'oeil pour les enfants afin de ménager cette ressource si précieuse que nous tentons de susciter tout au long des cours : leur attention ! Si nos élèves savent naviguer dans nos affichages comme sur un GPS, on gagne un temps et une énergie phénoménale ! Pour cela, on peut reprendre par exemple les codes couleurs des cahiers. Si le cahier de français est en rouge, les affichages de français aussi seront sur fond rouge. On peut également faire des zones par matières et on peut même intégrer un petit picto pour montrer quoi faire avec cet affichage ou dans quelles circonstances le mobiliser (par exemple une loupe pour rechercher, un stylo pour nous aider à nous relire quand on écrit, etc.) A votre imagination ! 

 

CLÉ n°3 : Les inspecteur·trice·s s'attendent à ce que les affichages soient évolutifs... ouf ! pas besoin de tout avoir construit dès le départ !

 

Savoir qu'il nous est demandé que les affichages ne soient pas les mêmes du 1er septembre au 5 juillet c'est finalement une bonne nouvelle ! Ca nous autorise à faire évoluer les affichages en fonction des besoins de la classe (programmations) mais aussi des élèves (remédiations et consolidations). Alors comment ne pas être littéralement envahi ? On peut les superposer de façon ordonnée. Par exemple le deuxième temps de conjugaison étudié viendra se mettre sur le premier. Ou encore le lexique et les pictogrammes des concepts du nouveau chapitre de géographie seront patafixés sur le chapitre précédent, etc. Vous avez compris le principe ! Avec l'avantage de conserver une logique (et donc une signalétique) d'un affichage à l'autre et de pouvoir se référer aux notions précédentes quand un retour en arrière est nécessaire.

 

CLÉ n°4 : Des affichages faits par les élèves ou co-construits avec eux ont statistiquement plus de chances d'être adaptés et donc utiles pour eux

 

On a tendance sans s'en rendre compte à monopoliser les espaces experts de la classe (tableau, cahier de leçons, affichages), dans la bonne intention d'exposer les élèves à des savoirs complets et corrects. Sauf que ce n'est pas parce que les élèves se trouvent en présence des tableaux de conjugaison du Bescherelle affichés en 4 par 3 qu'ils maitrisent la conjugaison (vous avez remarqué qu'il leur faut 3 à 7 ans pour maîtriser la conjugaison en moyenne !). Ce sont plutôt les moments où ils manipulent la langue qui leur permettent de construire leur savoir. Un affichage qui reprend leur formulation et garde trace des moments qu'ils ont vécu les aidera plus facilement à s'approprier et restituer qu'un affichage théorique et impersonnel. Tous les types d'intelligences et de mémoires seront enfin privilégiés. 

 

CLÉ n°5 : Les affichages pour vous faciliter la mise en place de la classe et la communication avec vos élèves sont autorisés et même un super moyen de ne pas jouer au perroquet toute l'année !

 

Quand on pense aux affichages pédagogiques, on a tendance à se focaliser sur les contenus académiques. Or il y a tout un savoir être à transmettre à vos élèves pour gagner du temps et de l'énergie dans chaque moment de vie de la classe. Même chez les ados, la clé de l'autonomie et des initiatives heureuses c'est l'information (ce qu'il est opportun de faire et ce qui est à éviter). Ne plus avoir à répéter ou surveiller que les jeux ou les fiches autocorrectives sont bien utilisées et bien rangées vous libèrera du temps pour vous focaliser sur ceux qui en ont le plus besoin. 

 

Le petit récap'

- Les affichages, ce n'est ni un cache-misère pour murs abîmés, ni une isolation phonique ni une décoration sympa !  

- En revanche, c'est un outil pédagogique à dompter et explorer progressivement et sur mesure avec nos élèves et en fonction de leurs retours.

- Habituer les élèves à se reporter aux affichages pour être plus autonomes, c'est un super moyen d'enfin disposer du temps dont vous avez besoin pour proposer des aides personnalisées en classe à ceux qui en ont le plus besoin.

Alors à vos marqueurs, vos gommettes, vos post-its, vos photos... et surtout votre imagination pour partager cet outil avec vos élèves au service du mieux être des élèves comme du prof !

 

Sara,

PE dans le 92, auteure de la chaine Youtube Ca y est, j'ai compris !

Transversaux Pratique Maternelle TPS PS MS GS Elémentaire CP CE1 CE2 CM1 CM2 ASH Collège 6e 5e 4e 3e Lycée 2nde 1ère Terminale Bac Pro Autres CAP POST BAC Professeur-e documentaliste SEGPA Direction Formateur-trice /Inspecteur-trice Texte Aménagement de la classe Explicitation Outils de communication

a vous de vous exprimer !

COMMENTAIRES

{{ comment.commentaire }}

Envoyé par : {{ comment.auteur.name }}
  • Le {{ comment.date_creation }}
{{errorComment}}

D'autres ressources sur ce thème