Vos élèves sont démotivés ? Rejoignez Enjeu (R)accrochage pour les (re)mobiliser
s'inscrire
s'inscrire
Théorique

En finir avec le neuromythe des styles d'apprentissage

Fabien Hobart
16 juin
10 mn
Image extraite du site Solutions pour une société inclusive, HopToys, extrait d'une infographie téléchargeable et d'un article en ligne (dernière mise à jour 27 septembre 2017)

 

On parle de quoi ? 

L'origine de la théorie VAK (Visuel Auditif Kinesthésique) est difficile à cerner, on peut néanmoins y associer trois auteurs l'ayant mis au centre de leurs théories. Il s’agit des théories de Lafontaine (1975), de La Garanderie (1980, 1982) et de Smith (1996, 1998)

Ce neuromythe a pourtant la peau dure en éducation en dépit des très larges controverses scientifiques autour de résultats d’une étude aujourd'hui maintes fois falsifiée. Biais de confirmation, opposition entre recherches et pratiques, injonctions de différenciation des pratiques pédagogiques… Il semble exister une kyrielle de raisons que nous, pédagogues, puissions trouver pour justifier notre intérêt pour cette théorie des apprentissages. C’est au démontage en règle de tous ces biais de pensée bien enracinés chez un certain nombre d'acteurs du monde de l'éducation que cette équipe de l’université laurentienne (Ontario) prétend s’attaquer.
 

Et si la remobilisation des élèves passait par la déconstruction des croyances sur l'intelligence ?

Téléchargez gratuitement notre Guide pratique pour comprendre l'impact des croyances sur la réussite scolaire !

On fait quoi ?

Concrètement, faut-il pour autant jeter à la poubelle nos supports ou nos modes d’intervention personnalisés qui s’appuient sur cette catégorisation sensorielle des styles d’apprentissage ? Sans doute pas. On le constate à travers le protocole de recherche « Sons et images » proposé dans cette étude, il semble être tout à fait intéressant de disposer et de proposer plusieurs modalités d’activités et de supports pour atteindre un même objectif d’apprentissage. Il pourrait d’ailleurs s’agir d’associer activement l’apprenant au choix de cette même modalité sans jamais étiqueter ce dernier à grand renfort de badges et autres avatars.

Qui dit neurosciences dit recherche et qui dit recherche dit esprit critique. Il ne s’agit bien sûr pas de croire l’auteur de la présente étude mais bien de mettre en regard des publications récentes et validées par la communauté scientifique sur les apports et les faiblesses de la théorie des styles d’apprentissages.

Quelle est votre position par rapport à la théorie des styles d’apprentissages ? Vous retrouvez-vous dans l’article de cet enseignant-chercheur canadien ? Venez partager avec nous vos connaissances et votre point de vue dans le fil de commentaires ci-dessous.

  Consultez cette ressource

Vous serez redirigé·e vers le site theconversation.com

:

10 profs ont trouvé cette ressource utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil