Des fiches à télécharger pour s'outiller toute l'année !
En savoir plus
En savoir plus

3 étapes pour se créer une routine et préserver son temps personnel

Claire Bardit
6 octobre 2022 16:40
5 mn

Quelques mois après notre première prise de poste, le constat nous était évident pour l'une et l'autre : il fallait mettre quelque chose en place pour que l’école ne deviennent pas notre première maison. Dans l’envie de toujours bien faire et dans l’esprit de découverte du métier, rapidement, les préparations, corrections, recherches et formations ont envahi nos soirées, week-ends et vacances. Nous avons aussi pu nous y épuiser, ou voir des collègues y laisser des plumes.

L’expérience aidant, nous avons trouvé des stratégies pour pouvoir vivre pleinement notre passion pour l’enseignement, tout en préservant une vie de famille, des projets personnels, de vraies vacances et du temps pour nous ressourcer. Cela reste un travail de tous les jours, et nous vous partageons aujourd’hui des conseils qui ont marché pour nous. 

Les professeurs et professeures des écoles déclarent travailler en moyenne 44 heures par semaine, selon une étude de L’INSEE réalisée en 2010. Ce temps comprend les heures passées devant les élèves bien sûr, mais aussi sur toutes les activités annexes, comme les temps de concertation, la formation, et surtout les préparations et corrections. 

Vu l’ampleur de la tâche, il est facile de se retrouver sous l’eau et d’avoir l’impression de ne vivre que pour sa classe. Il est alors important de mettre en place une organisation efficace qui vous laisse du temps pour vous, et des routines qui vous permettent de vous déconnecter quand vous n’êtes plus à l’école. Plus facile à dire qu’à faire, mais des solutions existent, et nous vous proposons un petit parcours en 3 étapes pour reconquérir votre temps personnel.

Remarque

Étape 1 : Je m'organise !

Enseigner comporte une multitude de tâches qui vont bien au-delà du temps passé devant vos élèves. Pour que ces activités annexes n’envahissent pas tout votre quotidien, il est important de s’organiser. Quelques conseils pour y parvenir :

Avoir une programmation structurée et un emploi du temps clair

Prendre du temps en début d’année (et un peu pendant les vacances) pour structurer sa programmation vous permettra d’être plus efficace dans vos préparations, car vous savez exactement les compétences que vous allez travailler chaque période. De la même façon, un emploi du temps clair vous indique combien d’activités préparer chaque semaine dans chaque domaine. Ce cadre vous libère une charge mentale considérable, car vous n’avez plus besoin de vous demander chaque jour ce que vous avez à préparer, il suffit de se préparer un thé et de s’y mettre, en se laissant guider par ce que vous avez déjà mis sur papier.

Utiliser des séquences ou progressions clé en main 

Cela peut vous faire gagner un temps précieux, tout en assurant la cohérence pédagogique de vos séances. Il est toujours possible (et nécessaire) d’adapter une séance ou une activité en fonction du matériel disponible ou des besoins de notre classe, mais ne pas partir d’une page blanche permet justement de nous concentrer sur ces détails qui vont faire la différence. Internet est une mine d’or, prenez le temps de choisir quelques sites ou manuels qui accompagneront votre année : 

Organiser son temps de préparation et de correction et autres tâches, pour qu’il tienne dans un créneau précis et prédéfini

En dehors du temps de présence devant les élèves, ce sont les temps de préparation qui occupent le plus grand nombre d’heures de travail des enseignants et enseignantes de primaire. Avoir des créneaux spécifiques pour ces tâches vous permet de vous concentrer sur une tâche à la fois, et d'être beaucoup plus efficace. Vous pouvez prévoir un temps quotidien pour les corrections et pour les petites préparations et un temps hebdomadaire pour préparer les activités de la semaine suivante. En vacances, lister tout ce que vous souhaitez faire pendant ces semaines, puis les noter dans votre agenda en limitant le temps consacré à chaque tâche. Ces temps sont inscrits dans votre agenda, comme un rendez-vous avec vous même. Et quand l’heure est terminée, on arrête !

Ne pas chercher la perfection dans ses projets et dans ses préparations

Limiter le temps passé sur une tâche limite forcément son degré de perfection. Vous l'aurez compris, on peut toujours peaufiner une préparation ou enrichir un projet, mais arrive un moment où le temps investi apportera peu de valeur ajoutée. Se fixer en temps à y consacrer et s’y tenir est primordial.

Limiter l’accès que le travail a sur notre quotidien en dehors de ces temps prédéfinis

Ne pas utiliser votre mail perso pour le travail, mais créer une adresse que vous n’utiliserez que pour l’école, et dont vous enlèverez les notifications sur votre téléphone ! Nous conseillons d’ailleurs de désactiver les notifications de toutes les applications si on en utilise au travail. Banalisez votre temps de façon claire et précise : les corrections, les préparations, les concertations, les temps de formations personnelles, tout ce qui est relatif au travail doit apparaître clairement sur votre emploi du temps avec la fourchette horaire définie ! Enfin, tenez-vous-en aux horaires définis : même si cela paraît difficile au début, cela vous permet de gagner en efficacité. 

Étape 2 : J'établis une routine pour marquer la transition

Une fois le temps de travail organisé et encadré, encore faut-il arriver à déconnecter mentalement ! Avoir une routine pour marquer la transition vers “je ne suis plus au travail” va aider votre cerveau à lâcher prise et à vous reconnecter avec le moment présent. Certains et certaines aiment avoir une routine bien établie chaque jour, mais vous pouvez aussi avoir une liste d’activités qui vous aident à décompresser et piocher dedans en fonction de votre humeur. L’important est de ne pas négliger cette transition !

Préparer sa to-do list du lendemain

Avant de terminer votre journée de travail, prenez 5 minutes pour lister les choses que vous allez faire le lendemain, surtout si ce sont des choses que vous n’avez pas pu finir aujourd’hui. Les mettre sur une liste nous permet de le sortir de notre tête, et il est plus facile d’arrêter de construire sa séquence de maths en plein dîner (dans sa tête et ne pas écouter le petit dernier qui raconte sa journée) si on sait qu’on a déjà prévu un autre créneau pour le faire.

Faire une activité physique

C’est sans doute un des meilleurs moyens de vous faire du bien et de vous déconnecter. Cela peut être aussi simple que marcher tout ou une partie de votre trajet de retour, ou sortir faire un tour à pied si vous êtes en train de travailler à la maison. Danser, faire quelques étirements, un peu de yoga, toute activité qui vous reconnecte avec le corps fera beaucoup de bien !

Se ressourcer et évacuer le stress 

Même 10 minutes, avec une activité qui nous fait du bien : écouter un peu de musique, appeler un ami (qui n’est pas prof !), prendre l’air, faire de la méditation, ou tout simplement se poser un petit moment, se demander comment on se sent, ce dont on aurait envie, besoin. En tant qu’enseignant ou enseignante, vous êtes sollicités sans arrêt toute la journée par plusieurs personnes à la fois. Prendre ces quelques minutes pour soi peut vite devenir vital, notamment si on enchaîne la journée avec nos enfants le soir ! 

Astuce

Étape 3 : Je me protège émotionnellement

L’empathie est la capacité à comprendre ses propres émotions et celles d’autrui. Face à 25 petits (ou grands) êtres humains, pas toujours facile de rester de marbre. Mais pour le bien de tous et pour rester bienveillant, il est important que leurs émotions ne viennent pas nous envahir. Voici quelques astuces pour se maintenir à une distance raisonnable. 

Vider son sac, décharger 

Il y a des jours plus difficiles que d’autres, et des situations en classe qui peuvent vous peser, vous frustrer, vous énerver, vous inquiéter. C’est normal, et vous ne pouvez pas forcément vivre ces émotions pleinement dans votre posture. Prendre un moment à la fin de ces journées pour les accepter et les décharger peut vous aider à passer une soirée un peu plus sereine. Certains peuvent prendre quelques minutes avec leur journal, ou faire une activité artistique (dessin, musique), ou simplement échanger avec une personne qui vous écoutera.

Accepter les limites de notre mission de prof

On ne peut pas résoudre tous les problèmes de nos élèves, et ce n’est pas notre place. Symboliser ce rôle au besoin d’un accessoire (comme la toque du cuisinier ou la blouse du médecin) : un bijou particulier, un tablier plein de poches, des lunettes, pour se rappeler de mettre les choses à distance, et laisser les soucis de l’école à l’école. Limitez votre engagement à votre rôle d’enseignant, et déléguez le reste aux personnes qualifiées : parents, psychologue scolaire, assistants sociaux, éducateurs, etc., tout en travaillant en équipe avec ces personnes. Créez-vous un “personnage” au besoin pour tenir votre personne à distance de la classe, avec un objet symbolique. Et pourquoi pas essayer le théâtre, pour apprendre à vous mettre à distance du personnage ?

Remarque

Claire Bardit

Coordonnatrice ULIS, professeure des écoles depuis 2015

Paula Buswell

Directrice d’école maternelle, professeure des écoles pendant 12 ans

:

43 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • Virginie — 27 octobre 2022 12:35 (modifié)

    Si seulement je vous avais rencontré avant ! Bravo pour cet article une mine d'or pour les nouveaux, des conseils plus qu'utiles, vitaux!

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil