Nouveau | Parcours voies d'avenir sur les compétences psychosociales
Je m'inscris
Je m'inscris
Théorique

3 mythes de la pédagogie idéale décodés

Julia
4 décembre 2019 12:24
5 mn

Parce qu'il est bon de se rappeler que nous ne sommes pas parfaits (et que nous n'avons pas à l'être), nous allons démystifier certaines idées reçues sur l'éducation et la pédagogie idéale en les catégorisant et en les condensant en trois mythes principaux :

 

MYTHE N° 1 : Les méthodes d'enseignement traditionnelles devraient être remplacées par des approches plus novatrices et centrées sur l'élève.
 

EN VÉRITÉ :

  • Les pratiques d'enseignement peuvent être reconsidérées, mais l'innovation n'est pas forcément l'objectif, et parfois une méthode "old school" est encore la plus appropriée.
  • Des cours magistraux courts peuvent être un moyen efficace et efficient de transmettre l'information. Ils ont leur place dans un ensemble bien équilibré de stratégies d'apprentissage et d'enseignement : si vous aimez ou devez donner des cours magistraux, inspirez-vous des Ted Talks par exemple, et faites-en quelque chose de vraiment fascinant à écouter.
  • Les fiches peuvent fournir une aide précieuse et ne sont pas forcément synonymes de surcharge de travail : si vous aimez travailler avec des fiches, apprenez à les rendre vraiment pertinentes et attrayantes pour les élèves (comme pour les cours magistraux).
  • Intégrer la technologie ne renforce pas automatiquement l'engagement ou l'apprentissage des élèves : les méthode d'enseignement et d'apprentissage n'ont pas vraiment changé. Nous avons simplement fait appel à la technologie, ce qui ralentit les choses d'une certaine façon et peut introduire plus de possibilités de perturbations.

 

 

MYTHE Nº 2 : Les leçons devraient être aussi créatives et amusantes que possible pour accroître l'engagement.


EN VÉRITÉ :

  • Faire participer les élèves dans une activité et approfondir la compréhension d'un sujet, c'est différent de s'assurer qu'ils s'amusent. Parfois, les activités qui semblent vraiment créatives et amusantes de l'extérieur ne sont pas nécessairement "pédagogiquement nutritives". Surtout si le sujet est sérieux, il ne faut pas forcément opter pour l'option amusante parce que les élèves doivent comprendre que certains sujets ne vont pas l'être.
  • Le fait de faire des jeux sur des sujets importants peut nuire leur pertinence, et une approche sérieuse peut en fait être plus engageante. Quand on aborde des sujets (comme l'esclavage) avec une gravité et un intérêt profonds, cela attire les enfants, car ils ont l'impression d'apprendre quelque chose d'adulte et de très important (ce qui est le cas).

 

MYTHE Nº 3 : Planifier de fabuleuses leçons prend toujours beaucoup de temps et de préparation.
 

EN VÉRITÉ :

  • La charge de planification de l'enseignante ou de l'enseignant diminue au fur et à mesure que l'élève devient plus autonome. Comprendre que nous pouvons confier davantage de ces choses aux élèves - c'est un processus douloureux à intégrer pour les enseignants, car il faut abandonner le "contrôle de nos cours".
  • Recherchez des activités ouvertes et polyvalentes que vous pouvez utiliser encore et encore au lieu de toujours chercher quelque chose de nouveau. Par exemple la méthode TQE, semblable au séminaire socratique, où les élèves mènent en groupe une discussion sur un texte donné. Il arrive souvent que nous soyons atteints du syndrome de l'objet brillant - nous voulons trouver quelque chose de nouveau parce que nous nous ennuyons avec nos leçons que nous faisons encore et encore.
  • Il existe des moyens simples et faciles de planifier des leçons où les élèves peuvent bouger ou sont tout simplement plus proactifs. Par exemple pourquoi ne faites-vous pas lever les élèves en leur disant : "Jordan, tu es le soleil, toi la Lune et toi la Terre. Maintenant, restons ici, et je veux que tu tournes, et je veux que tu..." C'est sans équipement ni technologie. Ce simple moment "kinesthésique" restera gravé dans l'esprit des élèves qui ont participé, et dans l'esprit de tous les autres aussi, parce qu'ils se souviendront tous que Jordan était le soleil ce jour-là. Ils riront un peu de la situation nouvelle, mais ils s'en souviendront beaucoup mieux qu'en restant assis à recueillir cette information.

 

Nous nous mettons parfois beaucoup de pression pour inventer un outil nouveau, différent, flashy et innovant. Commençons par ce qu'on fait déjà et qui fonctionne bien, ou ce que les autres font et qui fonctionne bien. La simplicité est souvent meilleure : pas besoin de faire du tape-à-l'œil, pas besoin de faire du fun. Il s'agit de faire des choses significatives et de faire participer activement les élèves dans leurs apprentissages.

 

Cet article est basé sur le podcast Angela Watson's Truth for Teachers. Angela Watson est spécialiste de la productivité et de l'état d'esprit, auteure et conférencière. Elle a été enseignante certifiée par le Conseil national pendant 11 ans et possède plus d'une décennie d'expérience en tant que formatrice pédagogique.

:

6 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil