Besoin d'appui pour réussir le mois de rentrée ? 6 guides pratiques, 200 ressources disponibles et de l'entraide avec Cap Rentrée !
s'inscrire
s'inscrire

Faut-il avoir peur du bruit en classe ?

Peggy Chrétien Anselmo
22 janvier
2 mn

La problématique du bruit n’est pas moindre dans notre métier. De nombreux articles foisonnent à ce sujet, en salle des professeur·e·s on se refile des astuces pour faire baisser le volume sonore de nos classes et, à certaines périodes de l’année, on est même tenté·e·s par l’usage de bâillon ! 

Mais en fait, pourquoi le bruit nous "prend la tête" ? À quoi renvoie-t-il dans notre imaginaire ou notre inconscient collectif de profs ? 

Soyons honnêtes, très souvent, il est assimilé au bazar, à des élèves qui n’écouteraient pas le cours, manqueraient de concentration et surtout, par effet miroir, à un professeur sans autorité, "qui ne saurait pas maîtriser sa classe" (ô infamie !) ou dont le cours serait inadapté. Et ça, ça fait du mal à notre ego d’enseignant.

Il y a bien sûr des élèves perturbateurs, des classes parfois agitées qui se mettent difficilement au travail, on ne va pas nier ces problèmes. Mais si on n’y réfléchit bien, qu’est-ce que représenterait une classe totalement silencieuse pendant une heure ? Une classe parfaitement au travail ou une classe qui s’endort ? Pourquoi les collègues s’approchent-ils de nous, gênés, en disant  “Désolé·e, aujourd’hui on a fait un travail de groupe / de l’argile / une expérience d’observation / une répétition de théâtre (...), on a fait du bruit.”

Vous cherchez des astuces pour réduire le bruit en classe ?

7 techniques de retour au calme en primaire

Il y a bruit et bruit, non ?

Comme beaucoup, je conçois mon enseignement de telle façon que mes élèves soient actifs dans la découverte et l’appropriation des notions : je fais des dictées négociées, des débats mouvants, des séances de vocabulaire en ateliers. Et ça, c’est bruyant. 
Je mets en place le tutorat, la coopération entre élèves, le travail en îlots. Et ça, c’est bruyant. Je fais des projets sur le sexisme, des séances de jeux sur la gestion des émotions, de la co-correction… Et ça, c’est bruyant.

Les premières années, j’avais un peu honte, mais aussi peur de ce qu’on allait penser et puis, avec l’expérience, j’ai compris qu’en fait, j’aime le bruit du travail ! J’aime que ça piaille grammaire entre Mohamed et Jacques sur la différence entre les homophones, que ça roucoule sur l’argumentation, que ça zinzinule quand Stefan réexplique les consignes à Mounia, que ça pépie dans un groupe d’élèves sur le bon mot à choisir pour le titre de l’exposé. J’aime favoriser et orchestrer toutes ces interactions qui sont, pour moi, autant de traces de l’activité d’apprendre.

Évidemment, ce faisant, il faut essayer de cadrer le volume sonore et pour cela, il y a de nombreux moyens à notre disposition : 

  • mettre en place un code couleur du volume dans la classe (rouge = silence / orange = chuchoter / vert = parler normalement),
  • utiliser le fond d’écran Classroomscreen,
  • mettre une musique de fond que tout le monde doit continuer d’entendre, comme une limite à ne pas franchir, ou contraindre par des punitions.
     

Tout au long de l’année, il vous faudra d’ailleurs certainement utiliser plusieurs de ces dispositifs. 

Bien sûr, certaines fois, ça ne fonctionnera pas : il y aura trop de bruit ou alors les élèves feront des digressions sur des sujets qui n’auront rien à voir avec le cours. Soit. Ce sont des inconvénients que l’on apprend progressivement à gérer. Je préfère m’y exposer et continuer encore longtemps à entendre le chant des méninges qui s’agitent !

Peggy, professeure de français en collège

:

5 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil