Des fiches à télécharger pour s'outiller toute l'année !
En savoir plus
En savoir plus

Trouble du langage écrit : comprendre, repérer, accompagner

Emilie Kalifa
10 juin
5 mn

Le trouble spécifique du langage écrit fait partie de la famille des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, également connus sous le nom de TSLA. Il se manifeste par des difficultés importantes dans l'acquisition de la lecture, de l'écriture et de l'orthographe. Ces troubles présents chez certains enfants, tels que la dyslexie et la dysorthographie, peuvent avoir des origines diverses et se manifester de différentes manières. Ils peuvent causer un retard scolaire, affecter la confiance en soi et provoquer une fatigue importante. 

Dans cet article, nous vous proposons de mieux comprendre ce qu'est un trouble du langage écrit, ses manifestations et ses conséquences, ainsi que des conseils pour les repérer en classe et quelques exemples d'adaptations pour aider les élèves concernés par ce type de freins aux apprentissages.

Qu'est-ce qu'un trouble du langage écrit ?


Les troubles spécifiques du langage écrit ou TSLE

Les troubles spécifiques du langage écrit (TSLE) sont des difficultés durables et persistantes dans l'acquisition et l'utilisation de la lecture, de l'écriture, de l'orthographe et de l'expression écrite. Ils ne sont pas liés à une déficience intellectuelle ou à une « mauvaise volonté », mais bien à un fonctionnement différent du cerveau.


L’origine des TSLE

L'origine de ces troubles reste floue. Même si les chercheurs arrivent plus facilement à mettre en évidence le facteur génétique, il semble s’agir de troubles multifactoriels


Un trouble durable

À la différence d’une maladie qui correspond à une modification d’un état antérieur « normal », les TSLE sont présents depuis la naissance. Cependant, les manifestations n’apparaissent pas tout de suite. Il faut souvent attendre le moment de l'entrée dans la lecture et l'écriture, aux alentours du CP. Le repérage et le diagnostic peuvent donc se faire assez tardivement par rapport aux troubles du langage oral ou de la coordination. 
Par ailleurs, pour finaliser le diagnostic, il faut que les difficultés persistent depuis plus de 6 mois.


Un trouble persistant

Après le diagnostic, en dépit de la prise en charge et des aménagements, cela ne suffit pas à supprimer toutes les difficultés. Néanmoins, même si l’enfant connait un ralentissement dans son apprentissage, les adaptations et la rééducation lui sont d’une grande aide et lui permettent de progresser à son rythme. 

En l'absence d'une prise en charge adaptée, les répercussions des TSLE sont importantes et peuvent également altérer la vie une fois adulte. Les associations évoquent en particulier : 

  • des difficultés scolaires croissantes pouvant mener au décrochage ;
  • un illettrisme sans lien avec la motivation ou le travail fourni par l'enfant ; 
  • des problèmes d'insertion sociale et professionnelle 
  • des troubles du développement de la personnalité ; 
  • des troubles du comportement et/ou psychoaffectifs.
     

Il est donc essentiel de repérer, diagnostiquer et adapter.

Quels sont les troubles spécifiques du langage écrit ?


Dyslexie dysorthographie, dysgraphie

Il existe différents troubles du langage écrit, dont la dyslexie et la dysorthographie. La Haute Autorité de Santé (HAS) y associe certaines formes de dysgraphie, trouble spécifique que l'on retrouve aussi dans les troubles du développement des coordinations (TDC).


La dyslexie, trouble « du lire et écrire ».

Les enfants atteints de dyslexie rencontrent des difficultés de lecture et d’écriture des mots, des phrases et des textes, même après plusieurs essais. Ils peuvent également avoir des difficultés à mémoriser les mots.

Une personne dyslexique est aussi dysorthographique.


La dysorthographie, trouble « du savoir écrire correctement les mots »

Les enfants atteints de dysorthographie ont des difficultés à écrire les mots et les phrases correctement. Ils rencontrent également des difficultés dans l’application des règles d'orthographe et de grammaire et leur mémorisation.

Une personne dysorthographique n’est pas toujours dyslexique.


La dysgraphie, trouble de « l'écriture manuscrite »

Les enfants atteints de dysgraphie ont des difficultés à écrire les lettres et les mots de manière lisible, à respecter les marges et l'alignement des lignes et à maintenir une vitesse d'écriture normale. La dysgraphie est souvent associée à d’autres troubles comme la dyslexie ou la dyspraxie.

Bon à savoir


En France, le parcours de soin TSLA est en cours de structuration au niveau local. Néanmoins, votre médecin traitant peut vous accompagner et rédiger la lettre d’adressage en vue de réaliser les bilans nécessaires. 

Les diagnostics sont posés par un professionnel de santé à la lecture des bilans réalisés. 
Avant, pendant ou après le parcours pluridisciplinaire, la famille peut solliciter l’aide d’une association de parents d’enfants dys.

Comment repérer les troubles du langage écrit en classe ?

Les enseignants sont en première ligne pour repérer les troubles du langage écrit chez leurs élèves. Voici les signaux observables et les outils disponibles pour réaliser des tests en milieu scolaire. Les résultats peuvent donner lieu à une discussion avec la famille et éventuellement questionner l’intérêt ou non d’un bilan avec un professionnel de santé.


En début d'apprentissage du langage écrit et après 7 ans, l’élève a des difficultés à :

  • faire le lien entre la lettre et le son correspondant (graphème / phonème) ;
  • différencier les sons, confusions b/p, t/d, f/v ;
  • différencier visuellement des lettres b/d, p/q, m/n ;
  • différencier l'ordre de succession des lettres ou des syllabes : on/no, ion/oin.

L’outil de repérage pédagogique REPER CE1


Le REPER CE1 permet de repérer les élèves ayant possiblement des troubles des apprentissages. Il ne s’agit pas d’un diagnostic, mais bien d’une procédure pédagogique pour mettre en lumière des difficultés phonologiques, visuoattentionnelles, visuospatiales et praxiques.

La passation est collective et se fait en période 1 du CE1.

Pour en savoir plus sur cet outil à destination des enseignants :

Un peu plus tard dans sa scolarité, l’élève montre des signes de lenteur ou des difficultés en :

  • lecture (déchiffrage laborieux) ;
  • écriture et en copie (importantes erreurs orthographiques erreur de segmentation des mots) ;
  • apprentissage des sons complexes et des graphies multiples (on, ein, eill...) ;
  • compréhension des consignes écrites, même après plusieurs lectures en autonomie.

L’outil de repérage pédagogique REPERDYS
 

Il s’agit d’un test prévu pour évaluer les compétences en langage écrit des élèves de CM1 et CM2. Il est composé de trois épreuves collectives puis individuelles qui doivent être menées sans contraintes de temps et sur des jours différents : copie, dictée et lecture.

Les résultats donnent des indications précises sur les compétences de l’élève en lecture et en orthographe.

Pour en savoir plus sur cet outil à destination des enseignants :

Au collège, l’élève montre :

  • une lenteur de lecture et des difficultés de compréhension de textes longs. 
  • d’importantes difficultés d'orthographe (les difficultés de lecture peuvent être bien compensées et passer inaperçues) ;
  • une variabilité des productions et une dégradation en lien avec le coût attentionnel ;
  • des difficultés d'apprentissage des langues vivantes, notamment de l'anglais. 

L’outil de repérage pédagogique ROC

Le Repérage Orthographique Collectif (ROC) est un outil qui permet de repérer les élèves du CM2 à la 5e en grande difficulté d’orthographe et de lecture.

Il s’agit d’un test collectif de type dictée en majeure partie et d’une lecture individuelle pour évaluer la fluence. Un guide de correction permet de situer très rapidement les résultats obtenus pour ouvrir le dialogue avec les parents et donner des pistes concrètes aux professionnels de santé lors d’un futur bilan. 

Pour en savoir plus sur cet outil à destination des enseignants :

Quelles adaptations pour accompagner les élèves ayant des troubles du langage écrit dans leurs apprentissages ?


Clarifier le but des aménagements scolaires 

Leur objectif est de :

  • compenser les difficultés ;
  • limiter l’excès d’efforts et libérer des ressources cognitives ;
  • permettre ou faciliter l’accès aux connaissances ;
  • maintenir une bonne estime de soi ;
  • préserver le goût d’apprendre.
     

On entend parfois en réunion : « J'ai l'impression qu'elle se repose un peu sur son PAP ». Cela s’explique par le sentiment de ne pas voir les efforts entrepris par les élèves. En effet, les efforts cognitifs ne sont pas toujours visibles et si l’engagement de l’élève dans la tâche n’est pas suffisant, c’est probablement parce que l’adaptation ne correspond pas à ses besoins.

Il ne s’agit pas de freiner l’autonomisation de l’enfant ni d’éviter le contact avec la langue écrite, mais de prendre en compte ses difficultés et de lui proposer une rampe cognitive adaptée.


Adapter sa pédagogie

Des recommandations plus spécifiques d'aménagements sont souvent inscrites à la fin des bilans des professionnels de santé. Elles sont à respecter et à faire évoluer dans l’année, si nécessaire.

Lorsque les enfants n’ont pas encore été diagnostiqués, rien ne nous empêche de mettre déjà en place une différenciation en adaptant une ou plusieurs variables (tâche, modalités, durée, support, aide…).

Le choix de ces aides peut faire l’objet d’une réflexion commune avec l’élève et sa famille, les différents professionnels de santé et l’équipe pédagogique qui interviennent auprès de l’enfant concerné lorsque c’est le cas.

Propositions d’aménagements pédagogiques : 

  • adapter les supports écrits en utilisant une police de caractères adaptée comme Arial taille 14 minimum, interligne 1,5 minimum, texte non justifié, augmenter l’interlettrage ;
  • favoriser le décodage en autorisant la lecture murmurée et adapter la quantité (début du texte à écouter et la suite à lire ou inversement, par exemple) ;
  • expliciter les consignes à l'oral ;
  • laisser davantage de temps ;
  • limiter le travail de copie (les leçons peuvent être photocopiées) ;
  • accompagner la notation des devoirs dans les cahiers de textes ou les agendas ;
  • ne pas pénaliser l'orthographe ni la propreté de l'écriture ;
  • solliciter particulièrement à l'oral ;
  • accepter la réalisation du travail écrit par traitement de texte à l'ordinateur ;
  • accepter la dictée à l'adulte quand cela est possible à l'école et à la maison ;
  • mettre en valeur les réussites notamment face au groupe ;
  • adapter l’évaluation et la notation.
• ALLER PLUS LOIN • // • RESSOURCES COMPLÉMENTAIRES •

Quels sont les professionnels de santé qui participent au repérage et à la prise en charge du trouble du langage écrit ? 


Distinguer les partenaires en matière de trouble du langage écrit

Les professionnels de santé qui participent au repérage et à la prise en charge du trouble du langage écrit sont nombreux et ont chacun un rôle spécifique à jouer. On distingue plus particulièrement les orthophonistes, les psychomotriciens, les ergothérapeutes, les orthoptistes et les psychologues. Les interventions sont complémentaires, parfois fréquentes et souvent fatigantes pour l'enfant. Il n'est pas rare que les familles s'engagent dans une prise en charge de quelques mois, fassent une pause et reprennent la prise en charge en fonction des progrès des enfants ou d'un nouveau frein qu'ils n'arrivent plus à compenser.


L’orthophoniste

L'orthophoniste est le professionnel de santé clé dans la prise en charge des troubles du langage écrit. Il est habilité à réaliser un bilan orthophonique complet pour identifier les difficultés de l'enfant et poser un diagnostic précis. Il met ensuite en place une prise en charge orthophonique ciblée et personnalisée, en utilisant des outils et des exercices adaptés pour aider l'enfant à développer ses compétences en lecture, en écriture et en orthographe. L'orthophoniste peut également travailler en étroite collaboration avec les enseignants pour adapter les apprentissages et les évaluations aux besoins de l'enfant.


Le psychomotricien

Le psychomotricien peut également être amené à intervenir dans la prise en charge des troubles du langage écrit, en particulier lorsque ces troubles sont liés à des difficultés de coordination motrice ou de latéralisation. Il peut proposer des exercices de motricité fine relative à la maîtrise du stylo (la prise en pince, geste du poignet, crispation, mouvement de l'œil tableau - feuille...) et la qualité de l'écriture, ainsi que des exercices de motricité globale pour aider l'enfant à mieux se repérer dans l'espace et à développer sa latéralité.

 

L’ergothérapeute

L'ergothérapeute apporte son expertise dans la mise en place d'une réadaptation et de solutions de contournement, en particulier lorsque ces troubles sont associés à des difficultés graphiques, d'attention, de mémoire de travail ou de planification. Lors de la consultation, l'ergothérapeute peut proposer des outils et des stratégies pour aider l'enfant à devenir plus autonome, à tenir l'outil scripteur et acquérir les différentes graphies, et à maîtriser l'usage d'un ordinateur, entre autres.


L’orthoptiste

L'orthoptiste peut être sollicité pour réaliser un bilan de la fonction visuelle de l'enfant, afin de vérifier que ses difficultés ne sont pas liées à un trouble de la vision.


Le psychologue

L'intervention du psychologue peut s'avérer utile dans la prise en charge des troubles du langage écrit, en particulier lorsque ces troubles ont un impact sur la confiance en soi, l'estime de soi ou le bien-être émotionnel de l'enfant. Il peut proposer un accompagnement psychologique pour aider l'enfant à accepter ses différentes, libérer sa parole et l’encourager dans sa capacité à relever ses défis.

Les troubles du langage écrit sont des difficultés durables et persistantes qui affectent la scolarité et l'épanouissement des enfants. Il est donc important de les repérer le plus tôt possible et de mettre en place un accompagnement adapté, en associant les familles et les professionnels de santé en charge de la rééducation. Les enseignants ont un rôle important à jouer dans ce processus, en étant attentifs aux signes d'alerte, en informant les parents des difficultés constatées et en proposant des compensations pédagogiques adaptées afin d'aider les élèves concernés à poursuivre leurs apprentissages dans les meilleures conditions. 


N'hésitez pas à partager vos astuces et conseils en adaptation en commentaire !

Émilie Kalifa, professeure des écoles depuis 2018

Sources
:

4 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil