Besoin d'appui pour réussir le mois de rentrée ? 6 guides pratiques, 200 ressources disponibles et de l'entraide avec Cap Rentrée !
s'inscrire
s'inscrire

10 trucs de la vie quotidienne qu'un prof ne fait plus en septembre

Lilia DE CARVALHO
21 septembre 2018 11:31
3 mn

1. Ranger l'endroit où on vit

Cet endroit ne ressemble plus à un foyer. On peut parler de décharge, de gros foutoir, de bordel pas du tout organisé, de dépotoir qui s'anime au rythme de ce qu'on pose là où on peut quand on rentre et qu'on se précipite sur nos préparations de cours pour demain. 


2. Anticiper

Ok, d'habitude on ne le fait pas non plus mais là, c'est pire. Normalement, on arrive vaguement à faire nos tâches le jour pour le lendemain. En cette fabuleuse période, on réussit parfois à faire le jour même pour il y a une trois jours. Quand on arrive à le faire...


3. Dormir

Ça, de toute façon, à part éventuellement pendant les vacances, c'est mort, on ne dormira plus de façon sereine et régulière jusqu'à juin prochain. La différence, c'est que là on ne fait même pas de mini-sieste soi-disant énergisante. 


4. Regarder des séries

On a pris 5 saisons de retard sur tous nos potes et évidemment on s'est fait spoiler la moitié de l'histoire. Du coup on préfère ne voir que nos collègues préférés et ne plus voir nos potes.



5. Voir nos potes

De toute façon, spoiler ou pas, on ne les voit plus. Ils ont envoyé régulièrement des messages pour demander comment ça allait la première semaine de septembre. Puis si on était en vie la deuxième semaine. Puis ils ont arrêté puisqu'on ne répondait pas. 


6. Voir notre conjoint·e

Comment ça, qui ça ? Mais si, rappelle toi ! La personne qui dort déjà dans notre lit quand on va se coucher vers minuit après avoir fini nos fiches de prep' et saisi les éval' diagnostiques sur le site web qui ne marche pas. Cette personne qui tous les mois de septembre sait qu'elle a intérêt à raser les murs et mener sa vie en autonomie. Cette personne, c'est notre conjoint·e. Note à soi-même : lui dire merci... 


7. Faire la lessive

Ça fait bientôt un mois qu'on se dit que que ce pull tiendra bien encore quelques jours (malgré la tache de gras qu'on fait semblant de ne pas avoir vue tous les matins quand nos élèves et nos collègues nous la font remarquer). Là, ça va commencer à être problématique. Notamment à l'égard de la personne citée ci-dessus...


8. Manger correctement

Notre régime alimentaire ressemble à celui de l'étudiant qu'on a été. C'est rigolo 3 jours mais là ça commence à être compliqué : pâtes au pesto - nouilles instantanées - pâtes bolo - purée instantanée - pâtes carbo - salade instantanée (la salade = alibi santé pour déculpabiliser).


9. Écouter nos enfants

À la limite on veut bien les voir, mais sans le son et en image fixe. Aucune énergie pour jouer / sauter / parler / prendre position / lire des histoires / débattre. Donc les enfants oui, mais en photos uniquement, merci (NB : s'ils ne sont plus là, c'est que votre conjoint·e s'est exilé.e).


10. Se regarder dans le miroir et prendre soin de soi

On s'était promis que cette année on se brosserait les dents tous les matins et tous les soirs. Pari tenu mais pour le reste... c'est aléatoire. Douche, peignage de cheveux, assortir son tee-shirt avec son pantalon ou sa jupe, faire trois abdos... On verra ça au mois de... On verra.

On tient le coup, on se drogue au café et au chocolat et ça devrait aller !

 

Et vous, qu'est-ce qui vous manque le plus ?

:

142 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • Véronique — 7 septembre

    Je sais très bien qu’il y a dans ce post une bonne part d’humour. Cependant, je me demande si c’est vraiment sain de véhiculer l’idée que cette manière de vivre est une norme, surtout quand on sait que beaucoup de lecteurs sont de tout jeunes profs. Non, ce n’est pas normal de bosser sur ses prépas jusqu’à minuit, de mal manger et d’oublier son compagnon de vie. On n’est pas mauvais prof quand on reste hyper vigilant et strict envers soi-même pour limiter son temps de travail. Prof, c’est un job à longue haleine. Il faut « tenir » une année entière... et ce serait bien aussi de tenir une carrière entière. Le burn-out des profs, c’est aussi parce qu’on fonctionne en croyant que c’est normal d’être prof 7j/7 et 20h/24 (oui, même les plus dingues dorment un peu

  • Alexia Dugény — 8 septembre

    Bonjour Véronique, il s'agit bien sûr d'un article humoristique et ironique. Nous n'incitons pas les enseignants à travailler au détriment de leur vie personnelle. L'important est de trouver un juste équilibre entre le boulot et la vie professionnelle ce qui n'est pas toujours évident lorsque l'on est professeur.

  • laurence — 18 septembre

    Il y a quand même du vrai : On a souvent du mal à combiner vie privée et vie professionnelle. Parfois même on culpabilise , car être trop présent pour sa famille signifie être moins présent pour les élèves et vice-versa.On a beau faire des efforts d'organisation, les imprévus (RDV, réunions, concertations,...), et il y en a, gâchent tout. Quelquefois, on s'oublie trop.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil