Nouveau ! Guide Pratique : Aider les élèves présentant des troubles du comportement
Télécharger
Télécharger
Pratique Activité d’entrainement Outil collectif (affichage...)

Courage, faisons ! Pluridisciplinarité, laïcité et faits religieux : ces amis qui vous veulent du bien

Julia
4 novembre 2020 11:45
4 mn

L'École regorge à n’en point douter de paradoxes mais en voici un qui m’interpelle tout particulièrement. Ne passe pas une saison sans que le gouvernement ne parle de laïcité dans les médias et pourtant cette fameuse laïcité semble jouer à cache-cache dans les salles de classe. Je me promène alors de classe en classe, de salle des maîtresses en cour de récréation et aborde le sujet avec mes collègues d’élémentaire : « Tu parles de laïcité toi dans ta classe ? ». Les réponses restent bien souvent négatives et s’accompagnent même parfois d’une légère grimace lorsque j’ajoute : « Et les faits religieux ? ».

Le constat étant fait, il est intéressant d’en comprendre les raisons et deux reviennent assez régulièrement : le manque de temps et le fait que ces thèmes ne soient pas au programme. Penchons-nous donc sur ces deux idées. 
(Le but de cet article, bien entendu, n’est pas de stigmatiser un enseignant qui n’aborde pas ces notions mais simplement d’apporter quelques billes à ceux qui hésitent à se lancer).
 

Laïcité et faits religieux, où vous cachez-vous ? 

Chaque mois de juin, les mêmes phrases résonnent dans les murs de l’école. « Je n’ai pas fini le programme ! ». Et on le comprend tout à fait tant le programme est dense et quasi impossible à respecter. On ne peut se contenter de passer à la leçon suivante si ce que l’on étudie n’est pas acquis, alors on prend du temps, on revoit, on réexplique, on différencie et indubitablement il reste quelques cases non cochées en fin d’année. 

Alors forcément on ne veut pas ajouter des choses qui ne sont même pas dans les programmes. Et puis que diraient les parents si on se mettait à passer du temps sur des choses que nous ne sommes pas censés faire ? Mais penchons-nous un peu plus sur le socle commun comme sur un livre de « Où est Charlie ? » et nous allons voir que la laïcité et les faits religieux s’intègrent parfaitement dans notre enseignement.

On en parle notamment dans « la formation de la personne et du citoyen » où l’on nous invite à apporter « la connaissance et la compréhension […] du principe de laïcité » aux élèves. Mais ce n’est pas le seul endroit où l’on évoque la laïcité et son grand ami l’enseignement des faits religieux qu’on retrouve notamment dans le domaine des « systèmes naturels et systèmes techniques » où l’on nous invite à pratiquer des démarches scientifiques « en distinguant ce qui est du domaine des opinions et croyances » ou encore dans « les représentations du monde et l’activité humaine » qui invite à essayer de comprendre le monde dans lequel les élèves vivent et plus précisément « les éléments clés de l’histoire des idées, des faits religieux et des convictions ».
 

Pour aller plus loin et découvrir l'ensemble des disciplines dans lesquelles peuvent être abordés la laïcité et les faits religieux, consultez cette fiche outil complète !

 

Quand le temps vous manque

Sortez vos calculatrices, interrogation surprise ! Voici l’énoncé du problème : je suis enseignant en cycle 3 et on me préconise chaque début d’année, au moment de construire mon emploi du temps, d’y inclure : 8h de français, 5h de mathématiques, 1h30 de langues vivantes, 3h d’EPS, 2h de sciences et technologies, 2h d’enseignements artistiques et enfin 2h30 d’histoire / géographie / EMC. Combien de temps vais-je enseigner pour couvrir toutes ces matières ? 

Oui, toi au fond, tu as la réponse ? 24h bravo ! Ça tombe bien : c’est le nombre d’heures que l’on passe devant les élèves, tout va bien. Et les récrés ?! Je vous entends gronder. 

Bien sûr les récréations ! On enlève alors 2h20 par semaine et on se retrouve donc avec 21h40 de présence en classe devant les élèves et 24h d’enseignements préconisés. Soit 84h en moins par année scolaire et on comprend vite pourquoi on doit « faire des choix » dans ce que l’on enseigne et qu’on ne pourra pas tout faire. Bien souvent ce sont ainsi la laïcité et les faits religieux qui en font les frais. Mais pas de problème, il existe des solutions pour concilier ce manque de temps évident et l’envie de ne pas les rayer de nos enseignements.
 

Éduquer la laïcité par l'enseignement des faits religieux en cycle 3

Découvrez toutes nos ressources pour vous outiller à l'enseignement de la laïcité en classe

La pluridisciplinarité, le couteau suisse des enseignants

Les matières scolaires sont des êtres très sociables qui n’aiment pas beaucoup la solitude. On essaye donc, tant que l’on peut, de coupler plusieurs disciplines dans une même séance. On en a tous entendu parler, lors de notre formation initiale et on a mis quelque temps à prononcer son nom sans bafouiller : la pluridisciplinarité.

La plupart du temps, on l’utilise inconsciemment. Lors d’une séance d’histoire, on va également travailler la lecture-compréhension par exemple, des compétences musicales, d’arts plastiques peut-être même. Qu’on se le dise, on ne travaille que très rarement une compétence unique en classe. Elle est toujours accompagnée d’autres, qui ont plus ou moins de place dans la séance mais sont présentes.

Il en est de même pour la laïcité et les faits religieux et c’est même, je trouve, une façon idéale pour aborder ces sujets en classe. L’idée bien sûr n’est pas de les cacher ou de les masquer derrière d’autres domaines mais simplement de leur faire une place. Cela permet une approche plus « douce » de ces thématiques.

On peut opter pour un ouvrage traitant de la liberté par exemple lors d’une séance de lecture-compréhension et mêler l’étude de la langue et l’enseignement moral et civique en expliquant du vocabulaire inconnu (« c’est quoi la liberté de conscience ? ») et pourquoi pas en faire une affiche ou une production d’écrits par la suite. Il est aussi possible de mêler l’enseignement des faits religieux et le vocabulaire en découvrant l’étymologie de différents termes importants : athée, agnostique, monothéiste, polythéiste (on en profitera pour refaire un petit clin d’œil en géométrie lorsqu’on recroisera le préfixe « poly ».)

On peut également intégrer la laïcité lors de leçons d’histoire. Etudier Clovis permet de s’arrêter quelques instants sur la signification du baptême pour les chrétiens et on peut en profiter pour étudier la façon dont il était pratiqué jadis et ses différentes formes actuelles. Puis on effectue un petit saut dans le temps de trois fois rien (1000 ans à peine) : Henri IV rédige l’Edit de Nantes et une belle occasion d’aborder la liberté de croyance apparaît.

On peut encore en EMC pratiquer l'apprentissage du débat-réglé. On est tous d’accord pour dire que les élèves aiment bien ne pas être d’accord et en parler. Profitons-en pour parler de la différence entre savoir et croire et ils auront l’occasion de réaliser qu'ils ont tous des croyances très différentes mais que cela ne les empêchent pas d'acquérir les mêmes connaissances. Les élèves découvrent à travers ces discussions qu'il n’est pas mieux de savoir que de croire mais que ce sont juste deux choses différentes et que précisément la laïcité leur garantit la liberté d'avoir des croyances différentes.

Il n’est parfois pas évident de se lancer sur un projet de moyenne ou grande ampleur et il est bon d’avoir un élément déclencheur pour cela. On peut penser à un fait de classe, par exemple, mais cela peut être un événement national et quoi de mieux que la journée de la laïcité à l’école, le 9 décembre. A partir de cette journée de nombreuses choses sont possibles qui brassent différentes disciplines. Certaines classes se tourneront vers la rédaction d’un journal rédigé par les élèves où les articles traiteront de laïcité, de liberté de conscience, d’égalité. D’autres, ayant plutôt la fibre musicale, peuvent mettre en place une chorale avec un choix de chanson adapté ou même écrire une chanson avec les élèves. D’autres encore voudront intégrer les TICE et opteront pour la création de clips ou de courts-métrages. Vous l’aurez compris, les solutions sont infinies.


Et enfin, me croirez-vous si je vous dis que je fais aussi de l'enseignement des faits religieux en sciences lorsque j'aborde la construction des calendriers ? Je vous le dis comme ça vous le saurez : moi je le fais avec mes élèves !

Et je suis certain qu’en y réfléchissant vous trouverez mille autres possibilités d’intégrer la laïcité et les faits religieux dans votre enseignement, tout ça sans perdre de temps et en respectant les programmes, alors lancez-vous !

Mathieu, enseignant en cycle 3 depuis 6 ans

:

1 prof a trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil