LIVE | Faire le bilan de mon année pour préparer la prochaine
En savoir plus
En savoir plus

Parler de Noël en classe, est-ce bien laïque ?

Julia
2 décembre 2020 17:59

Et voilà, décembre est arrivé et avec lui le compte à rebours de Noël qui s’enclenche. 

Pour certains, c’est l’euphorie : «  À nous décorations de sapin, Do it Yourself à paillettes et un chocolat par jour pour combattre la déprime !!! Youpiiiiiiiiii ! » Pour d’autres, levée de bouclier : « Au nom de la laïcité et de la neutralité de l'État, moi professeur des écoles, je bannirai le mot Noël de mon vocabulaire pour tout le mois de décembre. »

 

Et bien soyez tous rassurés, il peut y en avoir pour tous les goûts. Car oui, il est possible de parler de Noël tout en respectant la laïcité voire mieux : pour la nourrir !

Car on oublie souvent que tous ceux qui fêtent Noël ne sont pas forcément des croyants ! En effet, Noël n’est pas seulement une fête religieuse. Il est bon de le rappeler à tous, aux élèves et à leurs parents. Pourquoi ?

  • Pour mieux comprendre notre calendrier ;
  • Pour mieux vivre dans le monde qui nous entoure et mieux le comprendre ;
  • Pour enrichir sa connaissance de l’autre et de ses coutumes pour mieux le respecter.


Donc oui, on en parle, surtout au cycle 3 ! Mais comment ?

 

1) Et si on commençait par quelques points de rappels sur les origines de Noël ?

C’est par l’entrée historique que j’aime entrer dans le thème de Noël. Cela permet de dédramatiser et d’éviter toute interprétation erronée de la démarche. On se remet ici dans le contexte du Noël du XXIè siècle car, si cette fête est importante pour les chrétiens du monde entier du fait de son lien avec les textes bibliques et qui la fêtent d’ailleurs de manières très différentes d’une contrée à l’autre, cette fête est aussi passée dans les coutumes séculières du pays et des millions de personnes, athées, agnostiques ou d’autres convictions, s’en sont emparées. Sur mes 18 années d'enseignement en REP, en cycles 2 et 3, je n'ai jamais eu de remarques ou de plaintes de la part des parents d'élèves concernant cette approche laïque.

Pour des informations institutionnelles, on pourra se référer à la fiche 16 du Vademecum de la laïcité.

 

  • La date

Si les historiens ne sont pas tous d’accord sur l’origine exacte de Noël (au 25 décembre), ils s’accordent à dire qu’elle n’est pas d’origine chrétienne. Elle serait davantage d’origine païenne, c'est-à-dire issue des religions polythéistes de l'Antiquité (fête de Mithra, divinité de la lumière, ou de Saturne, dieu du soleil, Odin, dieu Viking…) et daterait de 100 à 200 ans avant notre ère. 

Par ailleurs, le lien avec le rallongement de la durée du jour semble être le point de convergence de toutes les croyances nommées ci-dessus. Effectivement, le solstice d’hiver ayant lieu le 21 décembre, les jours ne commencent à rallonger que quelques jours plus tard. Le 25 décembre aurait été choisi et fixé en 274 par l’Empereur Aurélien, et repris plus tard par les Empereurs chrétiens des IIIè et IVè siècles. 

Si cette date a longtemps été préemptée par l’Eglise chrétienne catholique comme date de début de l’année liturgique et de naissance de Jésus, c’est davantage pour le symbole du renouveau qu’elle porte que pour sa précision calendaire car les dates des naissances n’étaient pas enregistrées il y a 2000 ans comme elles le sont aujourd’hui ; pas d’état civil, pas de registre des naissances… Jésus serait même peut-être né le 6 janvier, le 25 mars ou encore le 10 avril…. Il est à noter que les chrétiens orthodoxes fêtent Noël le 7 janvier !

Pour aller plus loin dans l'enseignement des faits religieux en décembre

La Journée de la laïcité et Noël : deux occasions pour l'aborder en classe

  • Le sapin

Aucun lien avec les croyances : il réapparaît en Allemagne au XVIe siècle lors de cette fête, mais il était utilisé il y a bien longtemps. Entre 2000 et 1200 avant notre ère, on parlait déjà d’un arbre (l’épicéa, arbre de l’enfantement), le jour du 24 décembre ; on considérait ce jour comme la renaissance du soleil. Les Celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires : à chaque mois lunaire était associé un arbre, l’épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d’hiver, un arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé. Donc rien de chrétien ici non plus. Pour aller plus loin, une vidéo de Lumni sur l'histoire du sapin de Noël.

 

  • Le Père-Noël

Inspiré du personnage de Saint Nicolas fêté particulièrement en Allemagne, il présente la même symbolique que ce dernier : longue barbe blanche, un bonnet de fourrure… Des rennes attelés à un traîneau le suivent pendant ses voyages. Saint Nicolas, lui, voyageait sur le dos d’un âne. Pour les Américains, Saint Nicolas devient Santa Claus. Vous pouvez consulter cet article qui reprend toutes les origines du personnage du Père Noël et voir ou revoir cet épisode de “C'est pas sorcier” :

Avant de se propager en Europe, le personnage Saint Nicolas a été importé aux Etats-Unis au XVIIe siècle par des immigrés allemands ou hollandais, où il aurait pris une ampleur commerciale, subi des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en Père Noël qu'on connaît actuellement. La marque de soda la plus connue au monde a même relooké ce personnage pour lui donner les couleurs blanche et rouge qu’on lui connaît aujourd’hui (comme les couleurs de sa bouteille) ! Aucune connotation chrétienne non plus ici !

En somme, la date provient des croyances païennes en lien avec le rallongement des jours, le sapin était déjà utilisé par les Celtes des siècles avant notre ère et le père Noël vient d’Amérique ! On peut donc respirer et en parler à l’école !

  • Mais le calendrier de l’Avent alors? 

Effectivement, le calendrier de l’Avent (écrit avec un « e » ) est une coutume liée à la liturgie chrétienne. Maintenant, cette fête de Noël s’étant beaucoup sécularisée (autrement dit, elle est passée dans les coutumes laïques), ce calendrier en a fait de même ; on voit un florilège de calendriers pour enfants (et pour adultes) fleurir en décembre… Et quel plaisir de manger un chocolat par jour dans l’attente du Père-Noël !

Alors, parfois, on triche aussi un peu en classe. Pour ma part, je fais un calendrier qui décompte les derniers jours de l’année : c’est mon calendrier de “l’Avant nouvelle année” (avec un « a »). Comme ça, on s’épargne des justifications inutiles et on reste bien dans une position neutre. En plus, ça motive les troupes et on se fait des petits plaisirs tous les jours de ce mois si froid : un mot gentil par jour à dire à un camarade, un petit cadeau, une petite gourmandise, un petit jeu de mot, une devinette, une petite pensée… Tout un tas d’idées qui renforcent les liens des élèves dans la classe et contribuent à instituer un climat de classe serein. Pour créer votre calendrier numérique avec vos élèves (il n'est jamais trop tard), découvrez cette ressource de Classe TICE !

 

2) Des outils pour parler des fêtes religieuses en dehors des fêtes de fin d'année
 

Le sujet pouvant aussi paraître complexe à appréhender, il est très utile de s’appuyer sur des outils développés par des associations expertes du sujet, des organes de presse pour enfants ou autre et permettant des apprentissages liés avec l’EMC :

  • La carte « calendriers » du jeu de l’Arbre à défis de l’association ENQUÊTE, pour comprendre le fonctionnement des différents calendriers des principales religions (calendrier lunaire, solaire, luni-solaire), en lien avec le calendrier révolutionnaire par exemple, qui fonctionnait par rapport aux saisons. On comprendra ainsi pourquoi la religion chrétienne a adopté cette date très symbolique pour les hommes à cette période de l’année. Et il y a aussi la carte “Noël” et la carte “Jours fériés” qui nous permettent de donner des connaissances culturelles plus précises aux élèves.

     
  • Une vidéo 1 jour 1 actu "Est-ce que tout le monde fête Noël ?” : pour comprendre pourquoi certains fêtent ou pas Noël, ainsi que les différentes manières de le faire dans le monde. On traitera ici des différentes façons de pratiquer une activité religieuse ou culturelle. Le respect de chacune des coutumes sera le point de vigilance, aucune ne devant être mise en avant par rapport aux autres (neutralité oblige).

     

 

 

Alors, OUI, on peut parler de Noël en classe (mais on n’est pas obligé). On peut même en faire un objet d’étude, d’apprentissage sur les cultures du monde, sur le respect des autres, et en faire aussi un moment de plaisir partagé. Et donc on peut mettre un sapin (sans connotation ou décoration religieuse bien sûr), on peut porter de magnifiques pulls de Noël avec des rennes, des petits lutins ou le Père-Noël, faire du pain d’épices et surtout, surtout, manger des chocolats ! (ouf, on est sauvé, la magie de Noël est préservée !)

Après, les décorations, les paillettes, les étoiles, c’est à vous de voir, mais attention à rester du côté séculier de la barrière !

Claire, enseignante en REP depuis 18 ans, cycles 2 et 3

:

30 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil