Live | Développer les fonctions exécutives
En savoir plus
En savoir plus

Quels sont vos alliés pour diminuer votre état de stress ?

Aurélia Le Royer
26 août 2021 10:12
5 mn

Vous voilà à quelques jours de la rentrée ou alors celle-ci est déjà passée, mais vous venez de vivre une journée compliquée. Bref, vous vous sentez stressés !

Des journées où tout démarre mal, tout continue mal et tout finit mal : voiture qui fait des caprices ou transport en commun en retard, photocopieuse en bourrage papier, clé USB oubliée sur votre ordinateur personnel, lampe du vidéo projecteur grillée, réunion peu constructive qui s’éternise, élèves (au choix) malades, insolents, inattentifs, bruyants, mous, alarme incendie au milieu d’une évaluation et rendez-vous de carrière annoncé par votre supérieur hiérarchique entre la machine à café et la porte des toilettes : ça vous parle ?

Dans ces moments, vous avez beau vous dire que le fait de se sentir stressé·e est un processus naturel et que votre corps essaie juste de vous protéger et d’assurer votre survie en ramenant un état d'équilibre biochimique via (entre autres) vos diverses hormones et neurotransmetteurs, là tout de suite maintenant, vous aimeriez bien avoir des clés, des leviers d’actions pour vous sentir mieux.

Belle nouvelle : vous avez en vous de merveilleux alliés qui peuvent vous soutenir !

Dans cet article, nous allons explorer deux de ces alliés internes et un petit plan d’action vous attend à la fin pour réaliser un “SOS je suis stressé·e” et pour poser les bases d’une hygiène émotionnelle quotidienne.
 

1. Chouchouter son corps

Votre corps est en effet votre tout premier allié.

D’une part, c’est à travers lui que vous ressentez les signaux qui vous indiquent que vous êtes “stressés” : cœur qui bat, transpiration, maux de ventre, petite fièvre, boutons, etc.

D’autre part, c’est en l’utilisant que vous allez pouvoir évacuer les surplus de cortisol (hormone dite du stress) et permettre à la dopamine, aux endorphines ou à la sérotonine de pouvoir être sécrétées (respectivement hormones de la compassion ; de la motivation, de la créativité, du plaisir ; de la sensation de bien-être et de la stabilisation de l'humeur).

Concrètement parlant, qu’est-ce qui est recommandé ?

  • Toute activité physique à condition que vous soyez partant·e pour la réaliser !

Certains se tourneront vers des sports collectifs ou vers du footing quand d’autres iront nager, faire de la randonnée ou danseront avec joie dans leur salon. Le mot d’ordre à la fin de chacune de ces activités est de prendre un petit temps d'intériorisation en respirant calmement pour faire un point sur son état interne (physique, émotionnel, mental).


Quelle que soit l’activité choisie, ce qui compte est qu’elle vous corresponde sur le moment. Certains auront besoin de se “défouler” quand d’autres auront besoin de se poser sur leur canapé avec un bon bouquin : tout est parfait ! Un jour vous serez tournés vers des activités très sportives et le lendemain vers une relaxation : là encore tout est parfait ! 
Écoutez-vous, respectez-vous dans vos besoins du moment qui vous sont propres et qui sont en constante évolution. Bien évidemment, tout ceci sera soutenu par une alimentation saine, une bonne hydratation et un sommeil de qualité. Se faire accompagner dans cette démarche peut être pour certains un bon tremplin vers une mise en place autonome de ces divers outils comme Vivoptim ou Zen & Prof.
 

2. Décrypter ses émotions

Tout comme le stress, les émotions n’ont pas bonne presse. Quel dommage quand on connaît leur rôle indispensable à notre survie ! ! N’oublions pas que tout être vivant n’est voué qu’à deux choses : vivre et perpétuer l’espèce ! 

Toute émotion est un signal. Cela ne nous viendrait pas à l’idée de vouloir se débarrasser du signal dans la voiture qui indique l’état de la jauge du réservoir d’essence ou de la température de l'huile ! Au contraire, ce sont ceux dont on a le plus besoin. De plus, regarder ces boutons allumés et ne rien faire ne nous viendrait pas non plus à l’idée. Que fait-on quand on les voit ? On agit : on se met en mouvement.

C’est exactement l’étymologie du mot émotion (e movere) : toute émotion est donc là pour que l’on fasse une action la plus en adéquation avec l'événement qui l’a mis en route. Ce qui importe donc est d’arriver à décrypter nos émotions. Car autant le petit symbole d’une pompe à essence sur le tableau de bord ne laisse aucun doute sur l’action que nous avons à mener, autant nos émotions sont parfois difficiles à décoder…

Très schématiquement : la tristesse invite à chercher du réconfort, la colère invite à (re)fixer ses limites et à faire respecter ses valeurs, la peur invite à chercher la sécurité et la joie invite au partage. Une fois le décodage effectué, il conviendra de venir combler le besoin qui était sous-jacent avant d’évacuer ce que l’on appelle la “surcharge émotionnelle”. Pour cela, divers outils sont à notre disposition : 

  • Tous les outils de connaissances de soi : de la simple liste de vocabulaire des émotions afin de nous aider à cerner ce que l’on ressent, à l’étude des messages contraignants en passant par la pyramide des besoins selon Maslow et la communication non violente (dont nous reparlerons dans le prochain article).
  • Toutes les techniques dites psychocorporelles dont la sophrologie, l’EFT (Emotional Freedom Technique), l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), la PNL (programmation neuro-linguistique), l’hypnose mais également la psychothérapie.
  • De nouveau toutes les techniques en lien avec la conscience de sa respiration et le rire !

 

3. Plan d'action

Comme dit précédemment, certains d'entre vous auront peut-être besoin de soutien et d’accompagnement personnalisé afin de mettre en place des actions concrètes dans leur quotidien (Vivoptim ou Zen & Prof par exemple) alors que d’autres organiseront leur “planning” incluant des moments pour eux de façon autonome. Quel que soit votre profil, voici déjà quelques pistes :

=> Piste “SOS, je suis stressé·e”

Si là tout de suite, vous vous sentez en prise avec une belle réaction de stress :

  • buvez un grand verre d’eau ;
  • sautillez sur place (et/ou monter-descendre un escalier) ;
  • regardez autour de vous et identifiez cinq objets (vous pouvez les nommer mentalement) : prenez au moins une belle et grande inspiration avant de changer d’objet. Essayez de faire un 360° de votre pièce;
  • puis discernez quatre sons en les écoutant chacun bien posément ;
  • puis percevez trois odeurs (une tasse, un habit, votre peau, un stylo) ;
  • puis touchez deux choses (avec vos mains mais également le contact de vos pieds au sol ou de votre dos sur la chaise) ;
  • enfin activez le goût (en buvant une gorgée d’eau, en humectant vos lèvres, en mangeant un fruit) ;
  • fermez vos yeux quelques instants.

Vous verrez qu’en suivant cette technique, l’intensité de votre vécu émotionnel va diminuer.

=> Piste “prévention”

Ne faire que des SOS n’est pas viable à long terme. Quand on veut voir ses réactions au stress diminuer de manière significative, il faut mettre en œuvre une meilleure hygiène de vie dont une hygiène émotionnelle.

Tout comme vous vous brossez les dents au moins deux fois par jour, il est nécessaire de réaliser le plus régulièrement possible des pratiques pour chouchouter votre corps et réguler vos émotions :

  • listez toutes les activités physiques qui vous attirent (même si certaines seraient nouvelles pour vous) ;
  • cherchez dans votre région les opportunités en lien avec ces activités mais également les noms de praticiens (psychothérapeutes, sophrologues, praticiens d’E.F.T., hypnothérapeute, herboristerie…) ;
  • pensez simplicité d’accès et temps court de trajet sinon le maintien de la motivation sur la durée risque d’être compromis ;
  • bloquez un créneau chaque semaine pour réaliser cette activité et/ou séance avec un praticien et/ou une des propositions énoncées précédemment ;
  • bloquez un temps “off” pour ne rien faire : simplement vous poser (sans écran !) et écouter ce qui est. Même si les pensées affluent, cela vous fera du bien. 5 minutes par jour suffisent largement ;
  • riez, dansez, chantez, jouez de la musique, écoutez-en, faites une balade, caressez votre chat et toute autre “action” qui vous fait plaisir et simple à mettre en œuvre est à consommer sans modération !
  • ayez une vision globale de sa vie pour réajuster tout ce qui pourrait endommager votre santé physique, émotionnelle et mentale.

 

Pour résumer

Il y a une citation que je trouve tout à fait juste : « Vivre, c’est aussi résoudre des problèmes. Ne soyez pas stressés parce que l'on vous demande de vivre ! » Dr P.M Georges

En effet, des périodes difficiles, vous en avez connues, vous en connaissez et vous en connaîtrez. Il est donc de votre responsabilité d'œuvrer au quotidien main dans la main avec vos alliés internes pour diminuer leurs effets tout en vous gorgeant de choses agréables et positives pour vous.

Cet article vous a proposé d’explorer plus spécifiquement deux alliés mais ils ne sont pas les seuls : de sonder ses pensées et d’honorer ses valeurs sont également de belles pistes à approfondir. Nous y reviendrons très certainement dans un autre article.

En attendant, dans le 3ème article actuellement disponible, il est question d’harmoniser la séparation entre sa vie professionnelle et personnelle. Séparation floue pour la plupart des professionnels de l’éducation que nous sommes.

Aurélia Le Royer, professeure de sciences physiques et chimiques pendant 15 ans, accompagnatrice en bien-être et développement de l’Être. Vous pouvez la retrouver sur son blog Zen et Prof, sur sa chaîne Youtube et sur sa Page Facebook Zen & Prof.

:

4 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil