Live - Accompagner le chef d'œuvre en lycée professionnel
Je m'inscris
Je m'inscris

6 profils de profs qu'on va croiser pendant les conseils de classe

Monsieur Z
25 novembre
2 mn

Voici venu le temps de se réunir, dans des salles surchauffées ou glaciales, et d’échanger ensemble, de discourir tels des philosophes platoniciens sur nos chers bambins (oui je fais de la rime). Car ça en vaut la peine : les conseils de classe sont des moments clés de l’année, où les empires se créent ou s’écrasent sur le sol comme le scooter d’Enzo quand ses parents apprennent son avertissement travail. Mais délaissons un peu nos chères têtes blondes et préoccupons-nous de NOUS. Car les conseils de classe sont un théâtre et nous, enseignants, en sommes les acteurs. On aura pas tous un Molière par contre. Alors, répondez présents, s’il vous plaît :

1. Le pas-de-filtre

Il y a toujours ce professeur qui parle durant les conseils comme il commente les matchs de foot sur son canapé. Ce professeur qui dit souvent tout haut et souvent trop fort ce que les autres ne pensent pas forcément tout bas. Mais si, vous avez déjà entendu une saillie un peu virulente :

  • sur le niveau des élèves de 4ème C : « Non mais ils ont le QI de bulots asséchés sur la plage attendant la vague ! » ;
  • sur le comportement de Lucas, légèrement préoccupant : « Bah ouais il mérite une bonne rouste celui-là, ses parents doivent l’avoir éduqué à la truelle ! ».


Tout cela avant que le chef d’établissement lui demande d’aller chercher des documents au secrétariat, le bâtiment le plus excentré du bahut. Jste le temps pour la maman de Lucas, présente dans la salle en tant que parent déléguée, de ranger sa truelle. 
 

2. Le vit'vit'vit'

« Un homme pressé, un homme pressé » chantait Noir Désir. Sauf que son désir à lui, c’est de se casser au plus vite du conseil de classe. Alors peu importe si le conseil se fait entre midi et deux (« Et je mange quand, moi ? »), à 17h (« Et j’ai pas une vie, moi ? ») ou durant les cours (« J’aurais préféré faire cour(t)s, moi… »), cette personne n’est jamais contente. Elle veut aller à l’essentiel : « On va pas polémiquer deux heures sur l’orientation quand même ! Ah c’est une classe de troisième ? On en parlera plus tard, ça va ! ». Il a même calculé le temps qu’on devrait passer par élève pour être dans un temps acceptable (2 min 40, c’est un peu court quand même). C’est pas grave car, de toute manière, il s’éclipsera à partir de la lettre J ou K (enfants à aller chercher ou rendez-vous médical), en lançant « J’aurais préféré rester avec vous croyez-moi ! ».
 

3° La positive attitude

Bien entendu, on trouve toujours ce professeur nimbé de lumière qui voit de la grâce et de la qualité de partout : un côté artiste, une pertinence aiguë lors des échanges en classe, un esprit brillant, une maturité sans faille. 
Un modèle, un guide assez exaspérant parfois, car on a pas toujours l’impression d’avoir une classe avec la resucée de Gandhi ou de Mozart. Cela peut donner des échanges assez éloquents lorsque Noémie sera valorisée quant à son esprit imaginatif digne des surréalistes : 

_ Elle m’a quand même traité de chèvre malingre et chétive !
_ Ohlala mais elle a tellement de vocabulaire cette petite !!! vous rétorquera-t-on.


4° L’ictus mémoriel

Y’a comme un hic, un truc qui cloche chez ces profs là, un passage dans une warp zone si puissante que notre célèbre plombier moustachu lui-même y laisserait sa salopette. Du coup on comprend tout : ces notes issues d’on ne sait où et qui viennent rétamer le classement de la 5ème C :

_ Comment tu as pu lui mettre 16 à Melvyn ? 
_ Bah il est brillant ! 
_ Mais il est jamais entré en classe, il a fait une semaine et il est reparti vivre avec sa mamie à Strasbourg ! » 

Notre ictus répondra non sans morgue qu’il a été évalué durant cette semaine, même si c’était la semaine d’intégration en accrobranche : « Bien sûr qu'il a participé : il a calculé des choses dans les arbres, il est très doué ! » 
Idem pour les phobiques scolaires qui reçoivent un « Très bon investissement en classe ! » de sa part. Mais tout peut s’expliquer après tout…
 

5. La procédure avant tout

Souvent le némésis du « vit'vit'vit' », car il a l’art de couper le cheveu en quatre et de vouloir examiner à la loupe cette répartition capillaire. Quand on décide à quelle hauteur de moyenne on doit donner le tableau d’honneur, le 15/20 provoque chez elle le fameux «Tssssss tsssss tsssss », faisant remarquer par ce petit son qu’il ne peut en être ainsi. Elle était à 15.5 lors du second trimestre de l’année 2018-2019, c'est donc niet (et elle a scrupuleusement noté et rangé tous les chiffres depuis ses débuts). 
De plus, chaque remarque, chaque appréciation doit être pesée et réfléchie : « Tu parles de comportement, mais tu ne voulais pas plutôt parler d’attitude ? Car cela n’a rien à voir. » Soyons précis. Hors de question de passer moins de temps sur Loïc Zegut que sur Mathilde André. Elle est même pour un passage aléatoire basé sur un algorithme. « Tssssssss tsssssss tsssssss » on a dit.
 

6. Le détach(i)é

Car il y en a toujours qui passeront plus de temps à envoyer des sextos ou mater les résultats de leur équipe de foot que d’écouter le chef de séance prof principal. Les mêmes qui maugréent à poser leur masque au dessus de leur nez « parce que bon là, ça saoule ! ». Les mêmes qui sortent le catalogue IKEA pour acheter le dernier Klugt, qui raconte la dernière blague misogyne à la mode« Oh ça va c’est pour rire les gonzeeeeesssssseeees ». Les mêmes qui ont oublié de rentrer leurs appréciations « pourtant je les ai faites ce matin en classe c’était pas toujours ouvert Pronote ? », qui sirote leur café tout en s’exclamant à qui veut l’entendre « en même temps, ces jeunes ils n'ont plus le respect, ils en foutent pas une et ils ont vraiment un état d’esprit à revoir, vous trouvez pas ? »

 

Vous vous êtes reconnu·e ? Partagez votre profil en commentaire !

Monsieur Z., prof de Lycée Pro quelque part en France, dont l'humour sévit sur Facebook et sur Instagram.

:

25 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • flo59ndpo — 27 novembre

    J'adore. C'est trop drôle de mettre un nom de collègue sur un profil...Oups, en fait non c'est inquiétant!

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil