Des fiches à télécharger pour s'outiller toute l'année !
En savoir plus
En savoir plus
Pratique Activité rituelle

Comprendre et gérer les frustrations des élèves en 5 étapes

Paula Buswell
5 janvier 2023 16:17
7 mn

Je termine de rédiger cet article alors que je viens de passer 30 minutes assise par terre avec un élève de 4 ans qui se débattait dans tous les sens, dans une crise de frustration explosive... Après une longue et violente décharge, il s’est endormi dans mes bras. Si ces moments restent impressionnants, je me sens aujourd’hui beaucoup plus sereine et équipée pour gérer ces crises. 

C’est grâce à l’expérience, mais aussi à des formations et lectures, qui m’ont aidée à ajuster ma façon de voir et comprendre la frustration, chez mes élèves, mes enfants, et moi-même ! Dans cet article, je partage avec vous ce que j’ai appris sur la frustration, et comment j’ai appliqué cela dans mes classes de maternelle.

Étape 1 - Comprendre le cerveau de mes élèves de maternelle

Nous allons commencer par un peu de théorie ; comprendre ce qui se passe dans le cerveau de nos élèves quand ils ou elles ressentent une frustration nous aidera à avoir une approche qui est à la fois respectueuse et efficace. 

En maternelle, la frustration est fréquente : ranger un jeu alors qu’on s’amuse, s’asseoir alors qu’on a envie de courir, écouter alors qu’on brûle d’envie de parler. Les enfants font sans cesse face à des petites et grandes frustrations, et pour certains l’émotion est parfois très forte. C’est normal, car suivre le rythme et les règles de la collectivité sont des apprentissages qui s’inscrivent dans un temps long.

Traverser une émotion désagréable comme la frustration sans avoir des comportements hors cadre ou agressifs est également un apprentissage, et à trois ou quatre ans la plupart des enfants sont peu équipés pour le faire. Parlons de ce que nous pouvons faire au quotidien dans nos classes pour accompagner cet apprentissage et pour gérer les frustrations de nos élèves tout en tenant compte des contraintes du groupe classe.

Il y a plusieurs façons de schématiser le cerveau humain. Je vais vous utiliser ici celle proposée par Daniel Siegel dans son livre Le cerveau de votre enfant. Il nous invite à imaginer le cerveau comme une maison, avec deux étages :

  • Sur l’étage du haut (le cortex cérébral), nous trouvons les processus complexes comme penser, imaginer, planifier, analyser, apprendre. C’est aussi dans l’étage du haut que se passent les processus liés au contrôle de nos réponses émotionnelles. Notre cortex cérébral nous donne la possibilité dans certaines circonstances de contrôler nos impulsions, nous aide à prendre du recul et à analyser une situation pour savoir ce qu’il convient de faire.
     
  • Dans l’étage du bas (tronc cérébral et système limbique), nous trouvons les aires responsables des fonctions primaires (respiration, battements du cœur), des réactions innées et impulsives (attaque, fuite, inhibition), et des émotions fortes comme la peur ou la colère.


Le cerveau d’en bas est bien formé à la naissance et possède déjà toutes les capacités pour mener à bien ses fonctions. Celui d’en haut se développe tout le long de l’enfance et de l’adolescence, et n’est pleinement mature qu’autour de 25 ans. Cela veut dire, très concrètement, que la partie du cerveau qui nous aide à analyser une situation, à contrôler son impulsivité, n’est pas prête à le faire à 3, 4, 6 ans. Quand un enfant ressent une émotion, c’est son cerveau d’en bas qui va dicter ses comportements, qui auront alors toutes les chances d’être des comportements impulsifs (attaque, fuite, inhibition). Le cerveau d’en haut n’est pas assez mûr pour prendre le dessus et aider l’enfant à raisonner et trouver une réponse socialement acceptable, empathique ou raisonnable. 

Ce décalage dans la maturation des différents étages du cerveau serait suffisant pour rendre notre vie d’enseignant ou d'enseignante compliquée... Mais il y a un facteur aggravant. C’est l’amygdale, que Daniel Siegel appelle le chien de garde de la maison. Quand elle sent une menace (que l’on soit adulte ou enfant), elle prend le contrôle du cerveau d’en haut et nous permet d’agir avant de réfléchir, réflexe important quand il y a un danger. Chez les enfants, l’amygdale s’enflamme souvent. Donc non seulement l’étage d’en haut est encore en travaux, mais même les parties qui fonctionnent déjà ne sont pas accessibles quand l’enfant vit un débordement émotionnel ou une situation de grand stress. 

Étape 2 - Comprendre les mécanismes de l'émotion

Une fois qu’on a posé cela, qu’est-ce qu’on fait ? Pour trouver des interventions efficaces, nous allons faire encore un petit détour théorique pour découvrir les étapes d’une émotion

Les émotions sont des réactions saines, automatiques et de courte durée. La frustration est une émotion ressentie quand il y a un décalage entre nos envies, besoins ou attentes et la réalité. Il s’agit d’une émotion désagréable, qui s’exprime souvent associée à la colère. Une émotion se déroule en trois étapes :

  • Un événement survient qui va à l’encontre de ce qu’attendait l’enfant. Exemple : Naël va vers le coin regroupement, s’imaginant assis à côté de Victor, mais la place est prise. Le cerveau d’en bas de Naël s’active et son corps a des réactions immédiates qu’il ne contrôle pas, ses muscles se crispent et sa respiration s’accélère. C’est ce qu’on appelle la charge.
     
  • Le corps réagit pour faire baisser la tension provoquée par l’émotion. Avant de s’en rendre compte, Naël a poussé l’enfant installé à côté de son camarade et commence à crier et à se débattre quand la maîtresse intervient. Taper, crier, pleurer, pousser sont des actions qui font baisser la tension de l’émotion. Voici la décharge, comportement qui va permettre à la tension de descendre chez Naël. 
     
  • Enfin, l’apaisement. Après avoir pleuré un bon coup, Naël est plus calme. Ses muscles ne sont plus tendus, il reprend son souffle et accepte (avec l’accompagnement de l’adulte) de s’installer ailleurs.
Action !

Étape 3 - Limiter les frustrations en classe

Le premier levier pratique que nous avons en classe est de limiter les frustrations. Que ce soit clair, cela ne veut pas dire accepter toutes les envies de nos élèves ! Pour reprendre les mots de Daniel Siegel, « le fait que son cerveau soit encore en chantier fournit un motif supplémentaire pour poser à l’enfant des limites claires et l’aider à comprendre ce qui est acceptable ou pas ».

Rappelons-nous que la frustration se produit quand il y a une discordance entre une attente ou envie et la réalité. Donc si leurs attentes correspondent à ce qui va se passer, il y aura moins de frustrations. Concrètement, ce que nous pouvons faire en classe : 

  • Avoir des routines prévisibles et explicites
    La routine rassure l’enfant et fait en sorte que beaucoup de ce qui se passe à l’école est attendu. Faire des rappels constants est important en maternelle, les élèves ont besoin d’entendre tous les jours qu’après la récréation, on va lire l’histoire de la semaine puis aller à la cantine, etc.
     
  • Adapter nos routines et nos pratiques aux besoins et au développement de nos élèves
    Ils sont jeunes et ont des besoins qui vont parfois à l’encontre de ce que nous proposons en classe : besoin de bouger, besoin de participer, de s’impliquer dans tout ce qui est proposé, de se sentir écouté, de boire, d’aller aux toilettes, etc.
     
  • Questionner certaines pratiques ou routines pour s’assurer qu’elles tiennent compte des besoins de l’élève est un axe important
    Est-ce que tous mes élèves se sentent impliqués pendant mon temps de regroupement ? Est-ce qu’ils savent quand/comment demander à boire ? Est-ce que je leur propose assez d’occasions pour qu’ils bougent ?
     
  • Anticiper les transitions, qui sont plus propices aux frustrations. Quand nous avons 25 élèves et un emploi du temps à respecter, le rythme du groupe ne suivra jamais le rythme de chacun. Nos élèves devront quotidiennement arrêter un puzzle avant de l’avoir terminé, rentrer en classe alors qu’on s’amusait en récré. Annoncer de façon très claire au groupe « Nous allons rentrer dans 5 minutes. ». Cela va aider les élèves à anticiper la transition et être moins surpris quand ça sonne, ce qui donnera un peu plus de chance à son cerveau d’en haut de rester actif !
     
  • Tenir compte des besoins spécifiques de certains élèves.
    Certains élèves se frustrant plus facilement ou plus fortement que d’autres. En tenir compte, c’est doubler d’anticipation avec eux (et non pas être plus souple). 
     
  • Adapter vos interventions à votre classe et aux difficultés que vous rencontrez.
    Par exemple, une année j’avais des élèves qui se frustraient très vite au moment du regroupement, car ils voulaient tous s’asseoir les uns à côté des autres. J’ai donc établi des places attitrées pour le regroupement. Une autre année, c’était le fait de devoir arrêter leurs dessins et coloriages qui était le plus dur. Nous avons mis en place une banette spéciale pour les “dessins que je vais terminer tout à l’heure”. J’ai une collègue qui a fabriqué une petite “main” avec un 5 dessus, et une des responsabilités dans sa classe et de faire le tour des élèves en indiquant « On range dans 5 minutes ! » à chacun, pour préparer la transition. 
     

À vous de jouer ! Quel est le moment où la situation dans votre classe où vous rencontrez souvent des difficultés liées à la frustration de vos élèves ? Que pouvez-vous changer dans la routine de la classe pour rendre cette situation moins frustrante ?

Étape 4 - Accueillir et gérer la frustration de mes élèves

Malgré tous nos efforts d’anticipation, les frustrations font partie du quotidien d’une classe. Que faire quand un élève est en pleine crise en classe ?

  • Connecter avec l’enfant et accueillir sa frustration avec calme et empathie.
    Rappelons-nous que cette émotion est normale, et qu’elle est désagréable pour l’enfant. L’enfant ne fait pas exprès, il ne cherche pas à avoir tout ce qu’il veut, mais exprime une vraie colère, une vraie tristesse. Nous sommes là pour l’aider à traverser cette émotion avec des réactions acceptables. Aucune intervention de notre part ne sera fructueuse si on ne se place pas en allié de notre élève. Alors on se met à sa hauteur, et on montre par notre présence que nous sommes là dans ce moment difficile pour eux. 
     
  • Nommer l’émotion de l’enfant, si possible en explicitant son origine : « Je vois que tu es très frustré car tu voulais t’asseoir à côté de ton copain mais la place est prise. Je comprends ta déception. » Ne posez pas de questions, surtout par des pourquoi, l’enfant n’est pas prêt à réfléchir à son émotion. 
     
  • Laisser le temps pour que l’émotion descende
    Quand une émotion est très forte et la décharge aussi, l’important sera de sécuriser tout le monde (protéger l’enfant, les camarades et vous-même) et de rester avec l’élève le temps de la décharge. Continuez à nommer ce qu’il ressent jusqu’à ce que vous sentiez qu’il comment à pouvoir vous écouter. (Pour les plus petites frustrations, on peut souvent sauter cette étape.)
     
  • Proposer des alternatives
    Tu peux venir t’asseoir à côté de moi, ou à côté de Lia, qu’est-ce que tu préfères ?" Si l’émotion est trop forte, aucune alternative ne sera acceptée. 
     
  • Les plus jeunes ont parfois des difficultés à gérer les choix aussi. Dans ce cas, rediriger l’attention de l’enfant : « Viens t’asseoir avec moi, on va chanter la chanson de l’escargot, tu peux tenir les paroles pour moi ? »
    Votre ATSEM peut être un allié de force à ces moments: l’aider à préparer la peinture ou à ranger les jeux peut être une bonne distraction. Toute activité qui fait appel au cerveau d’en haut (choisir une chanson, etc.) aidera votre élève à reconnecter avec cette partie de son cerveau et à redescendre de son émotion. Vous pouvez également créer un coin de ressources émotionnelles dans votre classe.
Et si l'enfant a déjà eu un comportement agressif ?

Étape 5 - Enseigner des comportements de décharge acceptables

Les frustrations étant inévitables, à l’école comme dans la vie, apprendre à nos élèves à les traverser avec progressivement un peu plus de “cerveau d’en haut”, et surtout avec des comportements de décharge acceptables, c’est non seulement nécessaire mais un des plus beaux cadeaux que vous pouvez faire à vos élèves (et à ses futurs enseignants !). Cet apprentissage se fait en dehors des temps de crise, au calme. Quelques idées : 

  • Modéliser
    Quand nous sommes frustrés, nous pouvons le dire : « Je suis très frustrée, je voulais vous lire cette histoire mais il y a trop de bruit. Je vais respirer trois fois pour retrouver mon calme. » Quand vos élèves vous voient traverser votre frustration avec calme et justesse, les circuits de son cerveau enregistrent la scène, et c’est un peu comme s’il “répétait” pour pouvoir le faire à son tour. Avec le temps, les voies de communication entre les deux étages vont se renforcer et contrôler naturellement et un peu plus efficacement les pulsions primitives de colère ou de peur. 
     
  • Expliquer le cerveau à vos élèves
    Expliquer à vos élèves (même les plus petits!) l’idée que notre cerveau à différentes parties, et que chacune s’occupe de différentes choses qui se passent en nous, ou que nous faisons. Leur expliquer pourquoi parfois on a l’impression qu’on ne choisit pas ce qu’on fait, et comment on peut aider notre cerveau à “grandir” (voir à ce sujet deux vidéos pour aborder le sujet en classe Le cerveau dans la main, pour aider les enfants à gérer leurs émotions et Outil de gestion émotionnelle : l’escalier mental).
     
  • Expliquer les émotions à vos élèves
    Il est très important de transmettre aux élèves la différence entre une émotion et un comportement :
    • Leur apprendre à reconnaître puis nommer leurs émotions (c’est le cerveau du haut qui le fait, donc quand un enfant nomme son émotion « Je suis en colère ! », il fait un pas vers le contrôle des pulsions du cerveau d’en bas).
    • Leur expliquer que toutes les émotions sont saines, qu’on ne choisit pas de les ressentir ou non, qu’elles nous donnent des messages importants sur nous même, et qu’on a le droit de ressentir toutes les émotions.
    • Leur expliquer les comportements (ce qu’on fait) ont des conséquences sur les autres et sur nous même, et qu’il y a des comportements qui ne sont pas autorisés, quelle que soit la raison. 
       
  • S’entraîner sur des techniques de décharge
    En plus de modéliser, on peut s’entraîner ensemble. Choisir une ou deux techniques et faire quelques répétitions régulières en regroupement par exemple. Dans ma classe, on s’entraînait sur deux choses très régulièrement : respirer trois grands coups en les comptant (pour quand on sentait l’agitation ou la frustration monter), et croiser les bras et dire "non" quand on n’était pas d’accord avec un camarade (croiser les bras aidait les enfants à contrôler un geste impulsif qui pourrait être agressif). 
     

À vous de jouer ! Sur ces quatre idées, notez celle que vous faites déjà dans votre classe. Pouvez-vous renforcer cette méthode en la faisant plus régulièrement ? Il y a-t-il une idée qui vous inspire et donne envie ? Notez dans votre cahier journal un moment dans la semaine où vous pouvez la mettre en pratique.

Et si j'ai vraiment l'impression qu'il ou elle fait exprès ?

Paula Buswell

Directrice d’école maternelle, professeure des écoles pendant 12 ans, facilitatrice qualifiée en Discipline positive pour la classe

:

102 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • Anne — 9 septembre 2023 12:45

    Contenu très intéressant, étayé ! Merci beaucoup. Il faudrait transmettre ces informations à tous nos parents d'élèves !

  • anais — 10 septembre 2023 08:18

    Merci pour cet article ! C'est toujours intéressant de remettre les mots sur des situations que l'on vit au quotidien.

  • Claire — 11 avril

    Merci pour ces informations et conseils, qui vont m'aider à préparer la prochaine rentrée avec une classe difficile.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil