J - 5 avant les ATELIERS ETREPROF : Venez préparer votre rentrée avec un.e prof chevronné.e !
je m'inscris
je m'inscris
Théorique

La coopération, solution pédagogique miracle ? Ca dépend.

5 MIN
Juliette P.
27 février

 

Il est clair que la nouvelle injonction à l’Ecole est de proposer systématiquement à ses élèves du travail en collaboration. Que ce soit dans l’objectif militant de lutter contre l’individualisme acharné de notre société capitaliste, par effet de mode, par envie de changement, la coopération est la solution pédagogique à tous les problèmes de motivation, de niveau, d’attitude des élèves.

 

" Pourtant qu’en est-il de l’efficacité du travail de groupe ? Est-il montré que les élèves bénéficient d’être en îlots ? Que dit la recherche ? " 

 

EFFET DE MODE ? PETITE HISTOIRE DE LA COOPERATION EN EDUCATION

La question de la collaboration n’est pas nouvelle en éducation, même si elle a pris une ampleur nouvelle ces dernières années en France. 

On peut la retrouver déjà dans les travaux de Célestin Freinet qui datent de l’après-guerre, mais c’est surtout aux Etats-Unis dans les années 90 qu’elle est théorisée par les frères Johnson sous le nom de « cooperative learning ». Les enseignants se sont peu à peu emparés de ces concepts créant ainsi une mode pédagogique présente dans de nombreux pays occidentaux. 

Elle s’inscrit aussi dans un changement de statut de l’enseignant qui n’est plus perçu actuellement comme le seul détenteur du savoir, ce qui découle d’une nouvelle conception de l’enfant comme personne à part entière, ayant pleinement des droits. L’élève devient un citoyen en construction, qu’il s’agit de former à de nouvelles compétences : l’autonomie, la collaboration, l’esprit critique. C’est dans cette démarche que l’apprentissage coopératif prend tout son sens.

 

" Comme toute injonction, comme toute solution miracle, le travail de groupe mérite d’être questionné pour ce qu’il apporte réellement aux élèves."

DES POINTS POSITIFS A LA COOPERATION

Évidemment, comme la théorie existe depuis un certain temps et que le nord-américains adorent évaluer les dispositifs qu’ils mettent en place, de nombreuses études ont été menées sur l’enseignement coopératif depuis des années. C’est une bonne nouvelle !

De manière générale, les chercheurs sont dithyrambiques sur le travail de groupe, jusqu’à le qualifier d’« une des plus grandes innovations éducatives de la période récente » (Gillies, 2014).  De nombreuses études et méta-analyses en soulignent ses apports en termes de motivation et de performance.

En y regardant de plus près, toutes les méthodes d’apprentissage coopératif ne se valent pas, si certaines ont montré des effets très positifs, d’autres, au contraire, s’avèrent totalement inefficaces. Ces résultats appellent donc à la nuance.

 

COOPERER, OUI, MAIS EN NUANCES !

Comme toute injonction, ce consensus apparent autour de la pédagogie coopérative, nous pousse parfois à appliquer des trucs et astuces sans forcément réfléchir au sens de nos pratiques. Ainsi, avoir sa classe organisée en îlots en permanence n’a pas forcément de sens, car toutes les activités ne profitent pas de la disposition en groupes qui rendent malgré tout plus difficiles la concentration et l’attention individuelles.

De plus, on pense habituellement que c’est en se mettant dans la situation de collaboration que l’on va apprendre à collaborer, or cette conception est fausse. La coopération demande des qualités qui doivent être enseignées directement au même titre que des connaissances disciplinaires. Ce n’est qu’à ce prix que le travail pourra être réellement collaboratif et ainsi échapper aux heurts d’un travail de groupe conflictuel, comme le rappelle C. Reverdy : « pour la plupart des chercheur.se.s, ces habiletés s’acquièrent en classe, et un apprentissage à coopérer explicite est gage d’interactions de qualité. Cela peut se faire sous la forme de jeux de rôle, où les élèves apprennent à s’écouter, se distribuent les tâches, se partagent les responsabilités, s’entraînent à formuler des questions. » (Catherine  Reverdy (2016). La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques. Dossier de veille de l’IFÉ)

Enfin, en 1882, Maximilien Ringelmann, un agronome, s’est rendu compte en travaillant sur la force de traction des bœufs, puis des hommes, que ces derniers avaient tendance à tirer moins fort lorsqu’ils étaient en groupe plutôt que seuls. La psychologie sociale a appelé « paresse sociale » ce phénomène qui consiste pour chaque individu à diminuer les efforts qu’il fournit en groupe. Ce phénomène est un travers courant du travail coopératif qui peut être cependant évité sous certaines conditions.

La collaboration peut être un outil très intéressant pour favoriser la motivation et la performance des élèves, mais pas n’importe comment. Slavin précise : « Lorsque la tâche du groupe est de faire et non d’apprendre quelque chose, la participation des plus faibles peut être ressentie comme une gêne plutôt qu’une aide. Il est alors plus facile de s’échanger les réponses que d’expliquer aux autres des concepts ou des compétences. Au contraire, si le groupe a pour tâche de s’assurer que chacun apprend quelque chose, il est dans l’intérêt de chaque coéquipier de passer du temps à expliquer les concepts aux autres. » (Slavin, R. E. (2010). Apprentissage coopératif : pourquoi ça marche ?)

 

CONCLUSION

Les chercheurs s’accordent donc à dire qu’il faut que deux facteurs clés soient présents pour que cette pratique fonctionne pour tous les élèves :

  • La définition de buts collectifs : les élèves travaillent en vue d’un objectif précis, d’une récompense ou d’une reconnaissance.
  • La responsabilité individuelle : la réussite du groupe est tributaire des apprentissages individuels et non des productions du groupe. L’activité de l’équipe consiste donc essentiellement à s’expliquer mutuellement les concepts et à s’assurer que chacun est prêt à subir un petit test ou toute autre forme d’évaluation sans l’aide de ses coéquipiers. 

 

Juliette, prof de français au collège

Ecrit par
Juliette P.
27 février
POUR ALLER PLUS LOIN

Kit de survie

Quand on est débute dans le métier, les premières rentrées scolaires peuvent être stressantes et les questions multiples : qu'est-ce que je prépare le premier jour ? Comment accueillir les élèves ? Quel matériel ? Quelles règles dans ma classe ? Pour vous aider à anticiper la rentrée (un peu) plus sereinement, inscrivez-vous au KIT DE SURVIE ! Des conseils et des outils pendant 6 semaines pour faire sa rentrée plus zen.

Un accompagnement avant, pendant & après la rentrée

Un email par jour pendant 6 semaines et la possibilité de faire appel à un.e tuteur.trice.

Par des enseignant.e.s, pour des enseignant.e.s

Des conseils, témoignages de collègues qui eux aussi ont vécu le moment où l'on débute !

Avec des outils pratiques !

Des fiches outils sur les sujets clés de la rentrée que vous pouvez utiliser directement.


utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil

Vos sujets préférés dans votre boîte mail ! Tous les samedis matins, recevez des ressources adaptées à votre niveau de classe.