Découvrez notre GUIDE PRATIQUE et notre accompagnement continuité pédagogique !
Je découvre
Je découvre
Pratique Activité rituelle Outil collectif (affichage...)

Réduire le bruit en classe : 7 techniques de retour au calme - primaire

5 MIN
Julia
6 décembre 2019 16:56

Principe de réalité : nous avons une trentaine d’élèves à gérer. Sachant d'un seul élève peut produire des nuisances sonores de l’ordre de 120 décibels (ce qui correspond à un réacteur d’avion), au secours pour nos tympans !

D’un côté un élève, surtout s’il est jeune ou actif, ne peut pas rester silencieux une heure d’affilée à moins d’être bâillonné bien sûr. Mais ça coûte cher en tissu et il me semble qu’on n’a pas trop le droit en plus (enfin à vérifier quand même on ne sait jamais).

La solution pour réduire efficacement le bruit dans votre classe, ce sont les techniques de retour au calme
D’abord il est important de sortir du rapport de force au silence sans pour autant y renoncer. Vous allez vite (re)découvrir qu’alterner les petits trucs et astuces de vieux loup de mer s’avère bien plus rapide et bien plus efficace pour avoir le calme car nos élèves se prennent vite au jeu

Voici 7 techniques pour vite faire monter votre score, qui ont fait leurs preuves dans la classe (et j’en utilise même certaines avec des groupes d’adultes en formation !), à utiliser telles quelles ou à mettre à votre sauce : 
 

Technique 1 : le bruitomètre

Il s'agit de montrer visuellement aux élèves les décibels qu'ils peuvent produire, en les comparant à celles produites par un avion qui vole dans le ciel ou un marteau-piqueur. En version papier ou en ligne, le bruitomètre permet de responsabiliser les élèves pour que le seuil acceptable de bruit dans la classe ne soit pas dépassé. Au passage, on fait des maths et des sciences en abordant le bruit et ses instruments de mesure de façon concrète.

 

Technique 2 : la musique

En complément des sessions d'éducation musicale, le fait de frapper dans vos mains et d'entraîner les élèves à faire de même pour leur signifier que le niveau sonore est trop important marche très bien. C’est tellement plus agréable et efficace que de crier pour obtenir le silence : bien sûr, ça nous libère et on ne peut parfois pas se retenir car on a la tête comme une pastèque, mais on obtient l'effet inverse. Et puis, on le sait, la musique adoucit les mœurs...

Si vous jouez d’un instrument, si vous avez une petite cloche zen en classe, un bol tibétain ou un bâton de pluie, utilisez-les. Si vous leur apprenez en plus quelques exercices de respiration et de relaxation, ce n'en est que plus efficace : ce son rappellera le calme intérieur vécu ensemble et apportera régulièrement de l’apaisement dans l’environnement de la classe.

 

Technique n°3 : la lumière

L'éteindre est un signe silencieux et calme pour attirer leur attention et leur signifier de baisser le volume sonore. Sachant que quand on travaille, on est amené à échanger pour chercher et comprendre, la lumière peut être un garde-fou que les élèves, une fois qu’on leur aura appris, peuvent eux-mêmes manier pour assurer un volume sonore acceptable dans les phases de recherche et de travail en groupe.

S’énerver sur l’interrupteur en criant aura un tout autre effet et ne permettra pas d’amener le calme en classe. Ce n’est pas le fait d’éteindre la lumière qui anéantit le bruit, c’est le fait de se mettre d’accord avec les élèves sur un signal commun
Le bruit est inéluctable, tout comme le besoin de concentration. Il faut alors trouver et décider avec vos élèves des moments où parler aide à mieux travailler et des moments où se taire permet de mieux se concentrer.

 

Technique n°4 : votre voix, meilleure actrice pour joueur les retours au calme

Surprenez votre auditoire en chuchotant pour qu’ils soient attentifs à ce que vous dites. Appuyez une syllabe, puis parlez doucement ou normalement pour capter leur attention. Il est difficile pour vos élèves, voire même pour les adultes, d'écouter ce que vous dites et de parler en même temps avec son voisin. Nous sommes des marathoniens de la voix et nous devons donc jouer avec son débit, son volume, ses silences, comme quand on leur fait vivre des romans ou des albums. On peut s'inspirer des TED Talks et des acteurs de théâtre par exemple.


 

Technique n°5 : levez le bras en l’air

Quand un élève vous voit le bras levé, il le lève à son tour, puis tous les autres… Le silence se fait assez rapidement, sans parler, juste en veillant à bien avoir l’attention de vos élèves avant de reprendre.

Une autre technique consiste aussi à autoriser les élèves à lever la main lorsque le bruit général de la classe les gêne pour se concentrer. C'est une habitude à prendre, mais qui permet d'alerter les perturbateurs sans "agression" directe.

 

Technique n°6 : La consigne silencieuse

Sans prévenir, écrivez la consigne de l'exercice au tableau ou distribuez-leur la feuille directement. Mimez ou montrez le matériel à utiliser, plutôt que de toujours occuper l’espace sonore.

 

Technique n°7 : La technique de moine shaolin

Le plus difficile à appliquer, surtout quand on est bavard·e comme moi (mais rassurez-vous cette technique est efficace à chaque fois que vous arrivez à l’appliquer), c’est d’être avare en paroles, de ne prononcer que le nécessaire. De cette façon, nos élèves nous écoutent attentivement chaque fois qu’on prononce un mot car ils savent que c’est rare et important.

Évitez de répéter tout le temps, sinon ils prendront l’habitude de n'écouter qu'à la 5ème édition. Donnez les consignes deux fois pour que chacun puisse comprendre et c’est tout : « Je dis la consigne 1 fois, un enfant la répète 1 fois, et c’est tout » disait mon binôme IMF quand j’ai démarré en CE1. Cela marchait bien car ce rituel avait été mis en place et était respecté en premier par l’enseignante.

 

Je vous propose aussi un jeu : chaque fois que vous arrivez à obtenir le silence en moins de 10 secondes et pendant au moins 10 secondes vous marquez 1 point ! Alors, prêts à jouer ? Pensez-bien à partager vos scores surtout !

Et si tout cela n’a pas marché, il reste les bouchons d’oreille ! ça m’est déjà arrivé de songer à piquer ceux du maître-nageur pour ma classe, je l’avoue...

Avertissement

Toutes ces techniques et ces petits jeux complices surfent sur la surprise et la nouveauté. Il est important d’en changer régulièrement : quand on voit qu’une astuce s’use, on passe à une autre (ce qui n’empêche pas de reprendre la première le mois suivant). 

L’idéal est d’en construire avec vos élèves qui répondent à ce cahier des charges : 

  • une activité brève à tester avec eux qui permet le retour au calme rapidement
  • une activité qui les rende co-responsables de la qualité de l’ambiance sonore et du travail dans la classe
  • des temps de feedback ensemble pour vérifier que ça marche bien et trouver d’autres idées.
     

Le rythme de lassitude et de perte d’effet des techniques est inversement proportionnel à l’âge des élèves : plus vos élèves sont jeunes, plus vous devez disposer d’un panel varié d’astuces et les changer dès que le jeu ne capte plus l’attention de votre horde d’élèves en culotte courte !

Sara,
PE dans le 92, animatrice du groupe Facebook Prof épanoui/ssant·e

Ecrit par
Julia
6 décembre 2019 16:56
POUR ALLER PLUS LOIN
LA BOITE À OUTILS EVALUATION

S'outiller & s'inspirer à son rythme, pour faire des évaluations un véritable outil d'apprentissage !

S'INSCRIRE GRATUITEMENT

Saisir les enjeux grâce à un appui théorique

Mettre en place à l'aide d'outils pratiques

Enrichir sa pratique avec une sélection d'inspirations


utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil

Vos sujets préférés dans votre boîte mail ! Tous les samedis matins, recevez des ressources adaptées à votre niveau de classe.