Appréciation, bulletin scolaire, conseil de classe, toutes nos ressources sur ces sujets
Lire les articles
Lire les articles
Pratique Evaluation

REPLAY - Engager ses élèves dans leurs apprentissages : l'évaluation comme outil pédagogique

nathalie dreyfus
2 septembre
5 mn

Ce sera un défi majeur que de (r)accrocher nos élèves en cette rentrée 2020. Et si l'évaluation était un puissant levier à l'engagement dans les apprentissages ?

L'intervenante

Marie-Camille Coudert, enseignante de Physique-chimie en collège et lycée depuis plus de 15 ans, spécialisée dans le domaine de l'évaluation des apprentissages des élèves, nous accompagnera dans cette réflexion autour de l'évaluation au service des apprentissages.

« La recherche montre que l'évaluation est un des plus gros leviers d’apprentissage. Si on ne doit faire qu’une seule chose, [...] on ne fait que de l’évaluation et on montre aux élèves ce qu’ils savent faire et ce qu’ils ne savent pas faire. »

Marie-Camille Coudert

 

Les 5 idées clés du live

  • L'évaluation a 5 rôles différents qui doivent être dissociés.
  • L’évaluation permet à la régulation de l’activité de l’élève, ce qui est un levier d’engagement dans les apprentissages très fort.
  • L’erreur n’est pas un produit secondaire de l’apprentissage, elle permet l’apprentissage et ne doit donc pas être pénalisée.
  • Pour changer sa pratique on peut commencer par dissocier les moyennes et les évaluations de la classe.
  • C’est en définissant des objectifs d’apprentissage pour l’année qu’on va construire ses évaluations et par la suite construire les activités.

 

Revoir le live

Retrouvez l'essentiel des lives précédents en un coup d’œil

Idées clés et fiches synthèses

La fiche outil

  • C’est quoi l’évaluation ?
  • À quoi sert l’évaluation ?
  • Les notes
  • Le droit à l’erreur
  • Changer de paradigme
  • Mettre en accord sa pédagogie et ses méthodes d’évaluation
  • Évaluer à distance

Télécharger la fiche outil

 

 

Ce que vous en avez pensé 

“Ce live est complètement dingue! Pour aller plus loin là où on se sent bloqué dans notre réflexion sur l'évaluation, on a des pistes, plein de pistes intéressantes. Après, je vais faire le tri pour trouver comment je peux appliquer certains des points abordés dans un premier temps. Merci pour cette video." Camille

 

“C'est vraiment génialissime !!!! Vertigineux mais cela répond à tellement d'objectifs que j'aimerais avoir ! Comme premier plus petit pas possible : ne donner que 2 notes par trimestre.” Amélie

 

“Envie de travailler l'analyse d'erreurs avec mes élèves (CE2/CM1)...” Bénédicte

:

4 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • formatricecmace — 1 novembre

    Bonjour, J'avais suivi le live et il a été une révélation pour moi. Je cherchais une autre façon d'évaluer et j'ai été servie! Maintenant, le problème c'est que je suis remplaçante non titulaire et que la collègue que je remplace me dit que je ce que je fais n'est pas conforme. Alors d'abord, je précise ce que je fais. En début de devoir, je note 4 savoirs-faire que je vais noter ainsi : NA : entre 0 et 2, EA- : 3, EA+ : 4, A : 5/5. Cela me donne une note sur 20. J'ai beaucoup de bonnes notes et beaucoup de 20/20. Les élèves adorent, un seconde s'est mis à pleurer d'émotion devant sa note. Ils se sont dit prêts à faire une pétition pour que je reste. Par contre, pour la professeur titulaire qui reprend sa classe demain, ça l'affole complétement, elle trouve cela anormale de mettre autant de 20/20. (Elle doit aimer Gauss et sa courbe) Me dit qu'ils vont tomber des nues au devoir commun, que cela ne les prépare pas à ce qui les attend, que cela ne les incite pas à être précis. Que ce n'est pas une évaluation par compétences, donc ce n'est pas quelque chose d'attendu et qu'un inspecteur ne serait pas d'accord. Bon en résumé : j'ai besoin d'un argumentaire solide et de me sentir moins seule dans cette pratique. Je suis enseignante en mathématiques en lycée, sur Bordeaux. Help! C. M.

  • Nathalie Dreyfus, responsable pédagogique — 2 novembre

    @formatricecmace ce que tu décris est tellement compréhensible. Et pourquoi est-ce à toi de te justifier ? Si la titulaire prenait le temps de justifier ses pratiques ? Bon essayons quand même de trouver quelques arguments. Vous regardez toi et ta collègue l'évaluation comme deux objets différents il me semble. Tu la proposes comme faisant partie de l'apprentissage (donc où est le souci qu'ils réussissent leurs apprentissages ?) Ta collègue semble la proposer comme une "sanction". Mais où se place le droit à l'erreur qui en fait n'est pas seulement un droit mais une nécessité pour qu'il y ait apprentissage (quelques recherches sur le sujet sauront te convaincre). Alors comment imaginer plaider ce statut de l'erreur dans l'apprentissage et proposer des évaluations où c'est justement l'erreur qui est sanctionnée : n'y a -t-il pas une contradiction ? Ce qui est intéressant à formaliser aussi sur le thème de l'évluation c'est d'être très au clair sur ce qui est évalué : - Un savoir ( des qcm feront très bien l'affaire pour permettre aux élèves de s'essayer plusieurs fois à avoir un score que tu auras déterminé comme indispensable à atteindre) - Des savoir-faire : une banque d'exercices automatisée ou corrigée par les pairs pour entrainer l'identification des réussites et l'explication des erreurs (un sacré apprentissage quand on y pense ! ) - Des compétences ( et là soyons honnêtes c'est bien une chose qu'il est difficile d'atteindre car ouvrir le cerveau des élèves pour voir ce qui s'y passe n'est pas chose aisée) : alors on se construit des barèmes (tels que tu l'as fait). Les études prouvent qu'une copie ré évaluée par la même personne peut avoir un écart significatif en terme de notation. C'est dire la subjectivité ;) - Pour ce qui est de la préparation à la "vraie vie" (ces sacraux saints examens) il est intéressant effectivement de se procurer des barêmes de correction et de préparer les élèves à ces barêmes et bien leur expliquer ce qui se joue dans ces différentes manières d'envisager l'évaluation. Et pour terminer peut être inviter ta collègue à lire un article sur la "constante macabre" qui pousse les enseignants de manière inconsciente à juger de la valeur de leurs évaluations si et seulement si les résultats se décomposent en trois groupes : des mauvaises notes/des notes moyennes/ des bonnes notes. Trop de bonnes notes étant envisagées comme une mauvaise évaluation dans sa conception. Bon courage

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil