Live - Accompagner le chef d'œuvre en lycée professionnel
Je m'inscris
Je m'inscris

Faire classe dehors - Top 10 des ressources

nathalie dreyfus
9 avril
10 mn

On entend, ici et là, de plus en plus fort cet appel à plus de nature pour nos enfants. Une nature qui permettrait de renouer un lien perdu avec notre environnement. 

S'appuyant sur la recherche (neurosciences, psychologie cognitive, sciences de l'environnement) les différents acteurs éducatifs proposant ces activités mettent en avant l'effet bénéfique indéniable de ce rapport à la nature

Au-delà de la découverte ou redécouverte d'un environnement naturel, ce qui va nous intéresser en tant que pédagogues est de savoir ce qui se joue dans les apprentissages et en quoi cette forme scolaire à l'extérieur des murs pourrait être une piste à explorer en cette période de contraintes sanitaires fortes.

Pour commencer de quels apprentissages (donc de quelles connaissances à découvrir)parlons nous ? 

André Tricot propose une catégorisation intéressante pour notre propos :

"En psychologie de l’apprentissage, en fait, on s’intéresse à deux grandes familles d’apprentissages qui n’ont à peu près rien à voir l’une avec l’autre. Les humains sont capables d’apprendre des connaissances primaires, c’est à dire qui équipent l’espèce humaine depuis les débuts de l’homo sapiens... Ces apprentissages là sont inconscients, sont non volontaires, ils ne requièrent pas d’attention, ils sont rapides, ils ne requièrent pas de motivation.

Les apprentissages secondaires sont les apprentissages qui viennent d’apparaître dans l’histoire de l’espèce humaine : les mathématiques, la langue écrite, etc. Ils sont soutenus soit parce que vous avez une passion -par exemple vous avez une passion pour le jeu d’échec- soit parce que vous avez un enseignant. Les mécanismes d’apprentissage des connaissances secondaires subissent des contraintes et obéissent à des mécanismes qui sont radicalement différents des connaissances primaires."

Soyons clairs : sortir permettra aux enfants de développer des compétences/connaissances primaires par simple contact avec ce milieu (des apprentissages adaptatifs en autre), par contre il ne suffira pas de sortir pour que  l'apprentissage secondaire  se fasse. Pour preuve, sur les 6 piliers des Forest Schools (principes que l'on retrouve dans d'autres approches), seul le premier a trait à l'environnement, les autres ayant trait à la démarche pédagogique (Source : "L’école dehors : l’exposition à la nature ne fait pas tout !" The Conversation) :

  1. Un environnement naturel – non construit par l’homme – si possible boisé ;
  2. Des sessions régulières, qui rendent possible la consolidation des savoirs et compétences ;
  3. Une communauté d’apprentissage, qui permet les apprentissages collaboratifs et l’initiation aux compétences dites « sociales » ou « relationnelles » ;
  4. Un développement holistique de l’individu (c’est-à-dire une prise en compte dans sa globalité), qui préfère l’appréhension transversale du monde plutôt qu’un découpage disciplinaire ;
  5. Une éducation au risque, vectrice de développement moteur, de confiance en soi et de prise d’initiative nécessaires à la construction de l’individu ;
  6. Des professionnels qualifiés, par leur expérience et/ou par un cursus d’études spécifiques.

 

Laura Nicolas (Maître de Conférence en Sciences du Langage et en Sciences de l'Education, dirigeante d'une association d'éducation par la nature - Ma Petite Forêt https://mapetiteforet.fr ) présente deux principales démarches qui, loin de s'opposer, peuvent se combiner selon vos objectifs pédagogiques

  • Une démarche qu'on pourrait qualifier de classique dans laquelle l'enseignant prépare sa séance ou séquence en fonction du programme, la nature servant de support vivant ;
  • Une démarche prenant racine dans le lieu : les enfants, en découvrant l'extérieur et ses éléments, vont créer du lien (accompagnés bien sûr par le questionnement et la posture de l'enseignant) entre l'expérience et le programme scolaire.

 

« Faire l’école dehors demande de sortir de cette vision binaire (Nature VS culture) en considérant l’humain comme appartenant intégralement au monde de la nature. Les apports des végétaux ou des animaux présents sur les lieux où nous faisons classe dehors agissent, bien entendu, par eux-mêmes. Mais les démarches et postures pédagogiques empruntées par les enseignant·e·s constituent le socle didactique qui donne à la « pédagogie du Dehors » tout son sens et toute son efficacité. »
 

Découvrez “Tous Dehors France” qui a pour  vocation de permettre la coopération des parties prenantes, d’améliorer la lisibilité des actions et des acteurs, d’influencer les politiques publiques et de développer des synergies autour de l'école dehors autour de 3 axes :

  • Faire réseau pour se relier, se consolider et enraciner l' intention commune de promouvoir la connexion à la nature.
  • Réaliser un inventaire des actions existantes sur le territoire puis collecter les besoins et partager les pratiques.
  • Promouvoir la connexion à la nature notamment par des actions de plaidoyer pour faire évoluer les institutions.

 

 

Pour vous lancer, voici un Top 10 d'activités pour faire vos premiers pas dehors :
 

1) C'est au programme

Textes officiels BO 29/08/2019 : Transition écologique – nouvelle phase de généralisation de l’éducation au développement durable EDD 2030. AXE 1 : Faire de chaque école et établissement un lieu ouvert à des activités liées à la biodiversité.
 

2) 5 bonnes raisons pour enseigner dehors

Un article en guise d'aide mémoire pour discuter avec les parents et s'assurer (si tant est qu'il faille le faire) d'être dans nos missions d'enseignant·e·s. 
 

3) La classe promenade de Célestin Freinet

Étudier le milieu, lire le paysage, s'ouvrir sur la vie, tant de champs à découvrir en sortant de l'école. Cet article propose en condensé une présentation de ce qui se joue lorsque l'on passe le portail de l'école.
 

4) Guide d'introduction pour l'enseignement à l'extérieur 

Un guide qui permet de poser les premiers éléments de son projet pédagogique lorsque l'on décide de faire classe dehors. Une étape indispensable pour faire de ce temps un temps fécond en apprentissages.
 

5) 50 choses incontournables à faire dehors avant d'avoir 11 ans ¾ 

Une liste à cocher établie à partir d'une enquête menée au Royaume-Uni à partir de la question « Quelle activité extérieure les enfants auraient dû faire avent leur 12ème anniversaire ? ». Ce n'est pas que pour les enfants ! Imprimez, réalisez, cochez !
 

6) Faire classe dehors en ville, c'est possible 

Une page du site “Enseigner dehors en ville” dédiée aux différents espaces pouvant être investis en ville.
 

7) Un florilège d'activités à mener dehors

Un padlet, des rubriques français / maths / EPS / Arts plastiques / Éducation musicale… Tout y est !
 

8) Des activités de pleine nature 

Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans cette banque pléthorique d'activités, ce ne serait vraiment pas de chance.
 

9) En images pour voir comment des enfants investissent un jardin

Un documentaire suivant la classe de Crystèle Ferjou dans une PS. Un vrai bonheur !
 

10) Faire une balade mathématique en ville 

Une collègue présente la balade mathématique, inspirée de la démarche M@thsenvie proposée à ses CE1 à Paris.

Partagez vos ressources ou astuces pour faire la classe dehors en commentaire !

 

Retrouvez le Replay du Live avec Laura Nicolas

:

33 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil