Découvrez nos guides pratiques gratuits pour gérer sa classe : 10 fiches et 42 pages
Téléchargez
Téléchargez
Pratique Evaluation Activité d’entrainement

Comment permettre aux élèves d’auto-évaluer leur production orale ?

Cécile
2 septembre
5 mn

Les programmes scolaires mentionnent souvent la nécessité pour l’enseignant de développer les compétences orales de ses élèves. Pour leur faire prendre conscience de leur niveau et de leurs progrès, les élèves peuvent être dotés de ressources et d’outils numériques et collaboratifs. Explications avec Cécile Lalanne, PRCE (Professeure certifiée affectée dans l'enseignement supérieur) à l’INSPÉ de l’Université de Poitiers.  

Outils d’auto-évaluation explicites, ressources numériques et collaboratifs… L’enjeu ici est que les élèves puissent s’enregistrer, se réécouter, évaluer leur production à l’aide de critères de réussite, proposer des pistes d’amélioration de leur travail, recommencer et repérer les progrès, par rapport aux attendus. Mais pour que ces ressources et outils soient pertinents vis-à-vis de leurs apprentissages, les enseignants devront faire attention à opérer une réelle différenciation entre élèves, en privilégiant le travail en petits groupes et en équipe et en se demandant quels critères de réussite choisir et quelles ressources mobiliser.

Une grille d’auto-évaluation explicite

Pour que les élèves aient conscience des attendus, ils ont besoin d'une grille d’auto-évaluation. Cette grille peut être construite avec eux, ce qui leur permettra de s’impliquer et de garder à l’esprit les critères de réussite. Par exemple, à partir d’une compétence que l’enseignant a sélectionnée et de la production attendue, les élèves peuvent, en équipe, proposer des critères qui seront ensuite présentés à la classe et discutés pour établir une grille commune.

Sur cette grille, nous pourrons retrouver les compétences ciblées, les critères de réussite et des niveaux d’acquisition. Ces critères pourront porter sur la diction, l’intonation, la prononciation, les hésitations, la compréhensibilité de la lecture… Un critère de réussite est utilisable s’il n’est pas ambigu : plutôt que « Je marque de ma voix la fin de la phrase » écrire « Je baisse la voix et je m’arrête au point ».

Voici un exemple de grille d’auto-évaluation de lecture à voix haute :

 

Cette grille pourra être utilisée autant que nécessaire. À chaque enseignant de l’adapter, le nombre et le type de critères découlant de nos attendus, de ce que nos élèves sont capables d’évaluer. Il en va de même pour les niveaux d’acquisition.

Des ressources et outils adaptées aux activités et aux établissements
 

Les ressources dépendent de l'activité : s'agit-il de lecture à voix haute ? D’expression orale en langue vivante ? Est-ce la sonorisation d’une fable en Éducation musicale ? La mise en voix d’un album ? La création d’un imagier sonore ? La préparation d’un exposé… Ces ressources pourront être des textes annotés, des fichiers sons à écouter pour mieux comprendre les attendus, des tutoriels, des fiches méthodes, des affichages... Elles auront été présentées et travaillées avec les élèves avant l’auto-évaluation.

Des outils numériques pour soutenir une approche pédagogique

Découvrez les outils pour votre espace de travail numérique !

Les outils dépendent de l’équipement de l’établissement. Plusieurs cas de figures peuvent être rencontrés :

  • Une salle informatique équipée de casques et de micros, avec sur les postes :
  1. le logiciel Audacity et un espace de stockage organisé pour déposer les ressources et récupérer les productions des élèves ;
  2. une connexion internet et le dictaphone de l’ENT, par exemple pour ONE ;
  3. une connexion internet et l’accès au site vocaroo.
     
  • Un lot de tablettes :
  1. Avec une application dictaphone ;
  2. Avec l’application ComPhone, pour créer des diaporamas sonores ;
  3. Avec l’application Leximage, pour créer un imagier sonore.
     

 

Le travail en équipe et différencié privilégié
 

Le principal point de vigilance est d’assurer une ambiance sonore acceptable pour que les élèves restent concentrés lors de l’enregistrement et de l’écoute.

L’usage de casques permet une isolation phonique, celui des micros limite le niveau sonore de la voix. Ces outils, accompagnés d’un respect des règles de travail, permettent de travailler en classe entière en salle informatique, éventuellement en binôme lorsque la salle ne dispose pas d’un PC par élève.  

L’intérêt du travail en équipe est de pouvoir confronter les points de vue sur la production et d’enrichir les propositions pour l’améliorer. Bien sûr, le travail en équipe est source d’inconvénients ; nous citerons la tentation du bavardage et le temps d’attente si la production orale est longue. Pour y remédier, nous pouvons proposer différents rôles aux élèves : technicien, auditeur, évaluateur…

Un travail en ateliers peut également être envisagé. Ainsi, il faudra aménager un ou plusieurs espaces à l’écart, autant que possible, du reste de la classe. À chacun d’entre nous, ensuite, de choisir les différentes activités en fonction du degré d’autonomie des enfants.

Enfin, des séances d’Aide Personnalisée peuvent être l’occasion d’initier un travail sur les compétences orales. En effet, le petit effectif met en confiance les enfants qui ont besoin d’un accompagnement plus personnel et l’enseignant qui veut initier une nouvelle pratique.

:

5 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • Fabien — 3 septembre

    Un grand merci à Cécile pour ce partage d'expérience et ces outils qu'il reste à découvrir.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil