Des fiches à télécharger pour s'outiller toute l'année !
En savoir plus
En savoir plus

4 propositions pour faire de la triche un levier des apprentissages

Jonathan Faivre
13 avril 2023 15:54
5 mn

Lors d'un échange avec un élève qui avait été pris en flagrant délit de triche, je lui demandais à quoi cela avait bien pu lui servir. Réponse : « À rien ! »... 

Tricher dépend du référentiel et des conditions fixés par le professeur. Par conséquent, la frontière qui sépare le bon joueur du tricheur est plus que flexible. Les profs ont tous été au moins une fois confrontés à un phénomène de triche au cours de leur carrière. Mais tricher, qu’est-ce que c’est ? 

  • C'est synonyme de tromperie, que cela soit dans un jeu, sur le plan moral. Ainsi, dans la triche, il y a cette idée de ne pas respecter, dans certaines circonstances, les conventions, les règles, les usages qui sont rattachés à une activité, en faisant semblant de s'y conformer. On le comprend, définir la triche revient à questionner les règles, les conventions qui sont établies par le ou la prof dans le cadre de la classe. C’est donc elle ou lui qui, par les règles définies, décide des conditions de déroulement d’une activité et donc de ce qui peut se révéler ou non être une tricherie. 
     
  • D’autre part, la triche inclut une dimension de dissimulation, qui met le tricheur en position de tromper celui qui analyse le travail effectué. 
     
  • Enfin, la triche interroge aussi nos valeurs personnelles et professionnelles.
     

Tous ces critères font de la triche un phénomène pluriel qui peut constituer un obstacle à l’analyse objective du travail des élèves. Et si repenser notre manière d’évaluer était un bon moyen de limiter les phénomènes de triche ?

Remarque

Proposition 1 - « Aujourd’hui, la triche est autorisée ! »

Lors de la construction d’une évaluation, le professeur recense les savoirs, savoir-faire et savoir-être mobilisés et qu’il souhaite évaluer. Par exemple, dans les disciplines ou la saisie d’informations à partir de documents, la mise en relation des informations et ou le raisonnement pour répondre à un problème doivent être évalués, il est possible de la centrer sur les savoir-faire (voire les savoir-être) plutôt que les savoirs strictes. Ainsi, on peut proposer aux élèves de conserver leur classeur pendant l’évaluation, ce qui leur permet de le consulter si besoin. Ce type d’évaluation n’étant pas centré sur la restitution pure et simple de connaissances préalablement apprises : la consultation du cours est donc possible.

L’enseignant peut alors évaluer la mobilisation et l’articulation des connaissances et informations dans le cadre d’un raisonnement à construire afin de répondre à un problème. Dans la correction qui est faite de l’activité ou l’évaluation, on peut ensuite mettre en évidence ce qui relève de l’information saisie dans les documents, des connaissances dans le cours et des mises en relation dans le but de répondre au problème. Dans un souci de progression, réaliser la proposition 2 dans le cadre de l’évaluation suivante.

1, 2, 3 action !

Proposition 2 - « Faisons une antisèche en classe ! »

Cette proposition peut être un bon prolongement de la première. Afin de préparer au mieux l’évaluation, les élèves sont prévenus qu’ils n’auront pas leur classeur à disposition cette fois. Cependant, il leur est proposé de produire un document qui sera autorisé au cours de l’évaluation : c’est leur « antisèche personnelle » . Ce document peut avoir un format limité pour éviter le copiage pur et simple du cours. Il est totalement libre dans sa forme et sera construit en classe à partir de leur cours et avec vous, pour apporter des conseils au cours de la construction de ce document.

Dans ce type de séance, il est conseillé de demander aux élèves de relire leur cours en amont, afin de limiter la durée des temps de relecture. Ce type de travail peut être mené en groupe. Cependant, il faut veiller à ce que chacun et chacune puisse sortir de la séance avec un document avec une structure et un contenu qui lui conviennent.

Enfin, il est possible de construire une « banque d’antisèches » consultable par les élèves. Ceci leur permet d’envisager la diversité des formes utilisées, de confronter les éléments sélectionnés. On peut même proposer aux élèves de changer d’antisèche au profit de celle d’un camarade qui leur semblerait plus efficace.

1, 2, 3 action !

Évaluer pour faire progresser nos élèves

Pourquoi corrige-t-on autant en secondaire ? Comment évaluer efficacement nos élèves ? Comment noter leurs copies sans y passer nos soirées et nos week-ends ?
 

Proposition 3 - Le marché des antisèches

Lors de la préparation d’une activité ou d’une évaluation, le ou la prof anticipe les obstacles auxquels les élèves seront confrontés. Ces obstacles peuvent être notionnels, méthodologiques, stratégiques, etc. On peut, pour chacun de ces obstacles, préparer une petite aide permettant de les franchir. Ainsi, en classe, on peut proposer aux élèves un marché ouvert où récupérer des ressources imprimées ou numériques qui pourront aider à progresser dans l’activité. Ces antisèches permettent aux élèves d’identifier leurs besoins et de mener leur travail à terme sans entraves.

Ces antisèches peuvent au départ être en libre accès, si l’on est dans une démarche formative. Selon les compétences qu'on souhaite évaluer, ces aides peuvent être fournies à la demande dans une démarche sommative. D’autre part, il est possible de classer les aides en fonction de leur caractère mineur ou majeur, selon l’importance qu’elle revêt dans la note finale. On retrouve cette démarche dans l’épreuve des évaluations des capacités expérimentales en PC ou SVT au BAC.

1, 2, 3 action !

Proposition 4 - « Aujourd’hui, je vous donne le sujet ! »

Pour accentuer le pas de côté, pourquoi ne pas proposer aux élèves de construire en petits groupes un barème et/ou une correction d’un sujet que vous allez leur proposer ? Ce type d’activité peut leur permettre d’appréhender autrement le temps d’évaluation et leur impose de clarifier les objectifs du cours, de les intégrer, d’identifier et de revoir les notions essentielles, d’identifier les savoirs et savoir-faire à mobiliser.

Vous pouvez alors décider de proposer aux élèves le même sujet, ou un sujet mobilisant des savoirs et savoir-faire identiques, et construit avec la même logique.

1, 2, 3 action !

Jonathan Faivre

Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre au lycée pendant 8 ans
Formateur à Réseau Canopé depuis 2021

:

56 profs ont trouvé ce contenu utile

PARTAGER

Commentaires

  • Pascal — 13 mai 2023 12:29

    Merci pour cet article qui amène des pistes d’évaluation intéressantes et adaptables à certain public. Ce sont des situations pédagogiques à tester pour sortir des pratiques habituelles.

  • Armelle — 13 mai 2023 16:30

    Merci. Ces idées rendent les apprentissages plus amusants et permettent de sortir de la routine tout en étant très formateurs.

Vous devez être connecté-e pour publier un commentaire.

Me connecter pour réagir

utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil