LA BOÎTE À OUTILS SPÉCIAL NOËL EST DISPONIBLE ! INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT
je m'inscris
je m'inscris
Pratique Evaluation

Faire une évaluation en groupe : exemple de pratique en secondaire

10 MIN
Lulla
29 novembre

Les évaluations arrivent dans vos mains, prêtes à être corrigées. Mais au fur et à mesure de votre vérification, vous sentez que votre moral baisse car vous constatez que les notions ne sont pas acquises, les leçons ne sont pas apprises ; vous venez même à vous demander si les élèves étaient bien en classe lorsque vous avez mis ces séances en place.

Tel est le constat que j’ai fait lorsque je me suis retrouvée devant une évaluation "classique" dont les résultats étaient catastrophiques : ça n'aidait mes élèves ni à progresser ni à rester motivés. Intervenante en Soins-Études, j'ai dû imaginer d'autres manières de travailler (en m'inspirant par exemple de la pédagogie coopérative) qui ont aussi fait évoluer mes pratiques au lycée, où j'enseigne les sciences économiques et sociales depuis 25 ans. J’ai alors mis en place une évaluation en groupe avec mes classes de lycée.

 

1) De la prise de conscience aux réponses co-construites

33 élèves de première + une évaluation = enseignante désemparée devant les copies. Je veux comprendre le sens de cette évaluation pour mes élèves et le sens de cette correction pour moi.
Ce désarroi devant des copies aussi faibles, je décide de le leur partager afin d'en discuter avec eux. Après un silence de quelques minutes, les langues se délient : "J'étais trop stressé", "J'ai fait moins bien que d'habitude", "Je n'ai pas révisé car j'en ai marre d'avoir des mauvaises notes", "Je ne suis plus motivée".

Et si les devoirs en classe se faisaient en groupe ? Ma proposition étonne les élèves et divisent leurs avis : certains sont partants mais d'autres s’inquiètent du fait que dans le groupe, des élèves pourraient "profiter" des autres. 

Leur proposer une évaluation coopérative est une idée qui m’est venue dans la discussion. Je me mets à chercher des textes sur les évaluations, la coopération et le travail de groupe. Les recherches sur le travail de groupe ont toujours existé, mais pas sur les évaluations en groupe. Concernant la motivation des élèves, je prends connaissance de la notion de motivation autodéterminée ou motivation intrinsèque qui est fondée sur le besoin de sentir compétent par rapport à son environnement, le besoin de proximité sociale (d'être avec d'autres) et le besoin d'autonomie. Besoins auxquels correspondait parfaitement selon moi la pratique de l'évaluation coopérative.

 

2) La mise en place de l'évaluation coopérative

 

AVANT LE DS
 

  • Imposer la constitution des groupes ou laisser les élèves choisir ? Je leur propose une semaine pour négocier entre eux et constituer des groupes de 3. 
     
  • Comment organiser l’espace de classe ? Avec 33 élèves dans une salle, cela peut vite virer au branle-bas combat si mon organisation n'est pas claire et un minimum solide. Et qui dit évaluation coopérative dit une seule copie par groupe donc pas besoin de beaucoup de tables/place, on tourne les chaises.
     
  • Comment gérer le matériel ? Une seule copie par groupe et avec malgré tout un petit travail individuel (1/4 de la note sur 5 points), qui n’est faisable que s'ils ont été capables de répondre aux précédentes questions. Chacun peut ainsi se sentir investi et surtout ne pas seulement profiter des compétences du "bon" du groupe. J’ai ajouté un bilan individuel à la fin de l'évaluation afin de récolter la manière dont ils ont vécu ce travail un peu différent. Sur le fond, c’est une évaluation classique, à part le fait qu'elle soit rédigée à trois après discussions.

 

PENDANT LE DS
 

  • La gestion du bruit : il n'y en a pas autant que je le pensais. Les élèves sont très concentrés et lorsque le niveau sonore commence à monter, je vais voir les groupes, notamment pour aiguiller ceux qui ne sont pas d'accord entre eux : c'est un bruit positif, un bruit de travail.
     
  • La gestion du temps : je prévois une heure d’évaluation sur une plage horaire de deux heures, mais tous les groupes me demandent un délai supplémentaire pour terminer ce devoir.
     
  • La gestion de l’implication des élèves : toutes les 15 minutes, un top est donné pour signaler le changement de secrétaire dans le groupe.

 

NOTATION

La copie collective est notée et chacun après rend une copie individuelle avec la question sur 5 points à ajouter à la note. 

 

3) Points de vigilance

  • Prévenir vos élèves ce que vous envisagez de mettre en place comme modalités d'évaluation et ce qui diffère par rapport aux évaluations classiques : cela se réfléchit avant et s'explicite aux élèves en collaboration avec eux.
     
  • Laisser les groupes se constituer d'eux-mêmes n'est pas une si mauvaise idée : les groupes seront certes homogènes, mais même trois élèves plus faibles ensemble se motivent et se rendent compte qu'ils ne sont pas si faibles que ce qu'ils peuvent croire.
     
  • Considérer que cette évaluation a le même statut que les évaluations classiques : il faut que les élèves aient le sentiment qu'elle compte autant (avec le même coefficient).

 

 

4) Ça change quoi pour les élèves et pour les enseignants ?

Pour les élèves, il était intéressant de lire ce qu'ils ont écrit dans leur bilan individuel, leurs remarques : 

"J'ai appris des choses que je n'avais pas comprises."

"On est moins stressé car on sait qu'on peut compter sur les autres"

"Le DS fait moins peur et donc on le prépare mieux"

"J'étais plus concentrée que d'habitude, je me suis rendu compte que je savais aussi des choses."

"C'est pas facile de convaincre les autres et parfois ça a chauffé"

Sur les 33 élèves, seuls 2 n'étaient pas satisfaits car cette évaluation coopérative avait bousculé leur façon habituelle de travailler.

Cette évaluation est apparue comme un défi pour eux : chacun savait que les deux autres allaient compter sur lui, donc il leur fallait réviser davantage. Les résultats - bien meilleurs - ont permis aux élèves de se remotiver et de repasser aux évaluations individuelles par la suite de façon moins "douloureuse". Pour les plus faibles, cette évaluation coopérative leur a permis de prendre conscience qu'ils étaient capables de réussir. Ils ne voulaient pas se retrouver dans la position "C'est à cause de moi que...", "Les autres vont me juger même m'engueuler si je ne révise ou travaille pas bien."

C'est la réussite qui favorise la motivation. Mes élèves étaient fiers de faire quelque chose de différent (ce qui est rare pour une évaluation) et d'avoir participé à une petite expérience que je renouvelle une fois par trimestre. Ce fut une surprise de les voir les élèves s'emparer avec enthousiasme de cette évaluation et, avec cette modalité, un rapport différent à l'évaluation s'est installé, pour eux comme pour moi.

 

5) Conseils

Il faut oser : aucun texte n'interdit de travailler comme ça. Il ne faut pas avoir peur de se lancer dans quelque chose de différent, pas avoir peur de se donner un peu de liberté malgré les nombreuses contraintes de notre métier. En plus, le nombre de copies est divisé par 3 (corriger 3 fois moins de copies quand le nombre d’élèves par classe a tendance à augmenter, c’est moins de fatigue et de stress !).

En transformant le rapport à l'évaluation, j’ai eu le sentiment d'avoir retrouvé du sens, que l'évaluation n'était pas seulement une obligation pour l'enseignant. Je les avais réellement aidés pendant cette expérience et j'avais fait mon travail : les faire progresser. S'adapter aux élèves en difficulté permet également aux meilleurs de développer de nouvelles compétences (savoir expliquer clairement une notion à l'élève en difficulté / apprendre à travailler à plusieurs en s'écoutant / convaincre les autres…).

En discutant avec mes collègues, j’ai remarqué leur intérêt mais également leurs réticences ("Que vont penser les parents ? Je n'ai pas l'habitude donc je ne vais pas m'y lancer"). Du côté des parents, je n'ai eu que des remarques positives : à partir du moment où j'ai discuté avec les élèves et où ils ont pu s'exprimer, cela a permis de recréer un lien de confiance avec eux.

Et la pépite qui m’a apporté de la satisfaction : "J'ai appris pendant le DS au lieu de tricher".

 

Marie-Laure

 

Cet article est issu d'un échange en direct ÊtrePROF disponible en replay.

LA BOITE À OUTILS EVALUATION

S'outiller & s'inspirer à son rythme, pour faire des évaluations un véritable outil d'apprentissage

S'INSCRIRE GRATUITEMENT

Saisir les enjeux grâce à un appui théorique

Mettre en place à l'aide d'outils pratiques

Enrichir sa pratique avec une sélection d'inspirations


utile

Des articles pratiques et concrets !


pertinent

Un contenu sélectionné par des enseignants


éclairé

Une aide dans le quotidien des enseignants


adapté

Des contenus adaptés à votre profil

Vos sujets préférés dans votre boîte mail ! Tous les samedis matins, recevez des ressources adaptées à votre niveau de classe.